Aquilas, un amour de cheval

A deux jours de NoĂ«l, Sauv’Equi a le cĹ“ur lourd. Notre association vient de perdre son doyen, une immense personnalitĂ©, que l’on n’oubliera jamais. A 30 ans passĂ©s, Aquilas s’est Ă©teint dans son box, Ă©tendu sur son lit de paille. C’est Carine qui a constatĂ© son dĂ©cès ce samedi 22 dĂ©cembre 2018 au matin. Elle l’avait quittĂ© quelques heures plus tĂ´t dans la nuit après s’être assurĂ© que la fièvre Ă©tait tombĂ©e. Il avait henni. 

Adieu Aquilas 01-04 

Vendredi 21 décembre, le vétérinaire habituel du refuge était venu en soirée pour le soigner. Il l’avait déjà fait le lundi 17 décembre pour vérifier une blessure qu’Aquilas s’était faite en essayant vainement de se relever le week-end précédent. Du vendredi 14 au samedi 15 décembre vers midi en effet, notre Selle Français était resté couché dans sa litière sans parvenir à se remettre debout. Pendant 24h, il avait été veillé après avoir reçu différents traitements du praticien pour finalement se retrouver, enfin, sur ses pieds grâce à l’invention d’un autre vétérinaire appelé à la rescousse (voir notre galerie-photos «Au chevet d’Aquilas»).

Cette nuit-là et le lendemain, Aquilas avait réussi à mobiliser un peu de monde au refuge. Lui qui avait pris l’habitude de causer des frayeurs à Carine et Julia dès qu’il se roulait du mauvais côté au pré, l’arthrose l’empêchant de se relever seul. Même la personne qui nous loue l’écurie ou l’agriculteur à qui l’on achète le fourrage, sollicités par notre présidente, venaient aider le cheval parfois. Sacré, Aquilas !

Adieu Aquilas_03

Carine te surnommait « Kiki Love » tellement tu étais gentil, doux, proche de l’homme ; tu avais pris une place à part dans sa vie. Dès qu’elle te croisait, Julia ne résistait pas à t’embrasser sur le bout du nez ; elle aussi te considérait comme un ami cher.

On n’a jamais su grand-chose de toi, à part que tu venais du sud de la France, que tu avais tourné un moment en concours de saut d’obstacles et que tu aurais, sans doute, mal fini si tu n’avais pas croisé la route de Sauv’Equi. Cela faisait onze ans que tu partageais le destin de notre association. On espère t’avoir rendu heureux toutes ces années. Adieu, Aquilas ! Sans toi, Sauv’Equi ne sera plus tout à fait pareille.

Adieu Aquilas_02

Sauv’Equi a urgemment besoin d’aide !

Pour pouvoir continuer Ă  prendre soin de ses protĂ©gĂ©s, notre association vient d’ouvrir : une cagnotte solidaire Leetchi

N’hĂ©sitez pas Ă  cliquer sur le lien et Ă  effectuer un don (dĂ©ductible des impĂ´ts Ă  condition de nous envoyer vos coordonnĂ©es complètes et le ticket de paiement Leetchi Ă  info@sauv-equi.fr) pour nous aider Ă  payer nos factures notamment d’alimentation !

Vous pouvez Ă©galement sensibiliser votre entourage Ă  notre cause et les inviter Ă  nous soutenir !

Notre association existe depuis onze ans et souhaite encore pouvoir offrir Ă  Hara d’Or, Aquilas, Axia de Sausset, Harachesne, Surfing Dubb et Le Mareyeur une retraite bien mĂ©ritĂ©e après un passĂ© mouvementĂ© et souvent douloureux.

A 30 ans passĂ©s pour les plus âgĂ©s, ils n’ont plus que nous, que vous et votre gĂ©nĂ©rositĂ© pour leur permettre de vieillir sereinement !

Merci par avance.

Cagnotte_Leetchi

Aux petits soins pour nos seniors

Les chevaux âgés méritent aussi d’être soignés. Après avoir beaucoup donné à leurs cavaliers, pourquoi n’auraient-ils pas encore droit à certains égards ? Tous les équidés devraient avoir la chance de bénéficier d’une confortable retraite, non ? Au lieu d’être délaissés, voire carrément abandonnés ou, pire encore, maltraités !

Chez Sauv’Equi, on essaie, avec nos moyens limités, de tout faire pour offrir une douce vieillesse à nos seniors. Hara d’Or et Aquilas avancent sereinement vers leurs 31 ans aux côtés d’Harachesne, bientôt 29 ans, et de Surfing, 26 ans et des poussières. On n’évoquera pas ici Axia, notre autre doyenne toujours jeune dans sa tête et bien dans son corps, et Le Mareyeur, 17 printemps à peine. Tous appartiennent à l’association depuis leur sauvetage il y a dix ou onze ans.

Nous, les bénévoles, chouchoutons nos papy-mamies comme si c’était les nôtres. L’été au grand air et l’hiver au box pour la nuit. Mais chaque jour dehors, qu’il vente, pleuve ou neige ! Marcher au pré quelques heures leur permet d’entretenir leur musculature et d’éviter trop de douleurs articulaires, en plus de leur booster le moral. Pour soulager leur arthrose, on a, en outre, déjà fait appel à ostéopathe et étiopathe.

Petits soins anciens_01

Visite du dentiste et aliments spécifiques

Le dentiste vient également une fois par an, voire plus si cela s’avère nécessaire pour ceux qui présentent des diastèmes, par exemple. Le but est de vérifier les tables dentaires, voir si les chevaux peuvent encore mastiquer correctement. Ces visites sont indispensables pour anticiper toute douleur et surtout s’assurer qu’ils s’alimentent correctement. Ainsi, depuis deux ans, Aquilas et les deux sœurs Hara ne parviennent plus à manger de foin ; on les nourrit donc avec du pré alpin, un fourrage coupé court et très finement, en plus de leur ration spécifique enrichie en vitamines, minéraux et oligo-éléments.

Chacun voit aussi ses sabots parés régulièrement, en plus du curage et de l’inspection des fourchettes lorsqu’il fait trop humide notamment.

On relève également, plusieurs fois par an, quelques échantillons de crottin frais pour vérifier si nos protégés sont parasités ou pas. En fonction du résultat de la coprologie, sur les conseils du vétérinaire, tel cheval sera vermifugé ou non selon la saison.

Bien sûr, on inspecte aussi Aquilas and co sous toutes les coutures pour repérer la moindre blessure et y remédier. Le pansage nous permet également de les aider à effectuer leur mue tout en préservant le lien d’affection qui nous unit. Bref, le secret de leur longévité tient en quelques soins et beaucoup d’amour !

Petits soins anciens_23