Le refuge encore inondé !

En dĂ©cembre, en janvier et en fĂ©vrier derniers, le refuge Sauv’Equi a Ă©tĂ© inondĂ© Ă  maintes reprises. Les pluies ont Ă©tĂ© tellement denses et rĂ©gulières que la Seille est sortie de son lit… jusqu’Ă  envahir les parcs oĂą sortent chaque jour les chevaux ! On avait dĂ©jĂ  vĂ©cu ce genre de situation par le passĂ© (voir le post du 23/02/2016) mais pas aussi longtemps.

Inondations_printemps_2018_01

Inondations_printemps_2018_02

Par chance, le ruisseau qui borde la propriĂ©tĂ© que Sauv’Equi loue n’a pas dĂ©bordĂ© ; c’Ă©tait limite mais il est restĂ© en place. Ouf ! Il faut dire que notre Ă©quipe de bĂ©nĂ©voles l’a souvent nettoyĂ© par le passĂ©, retirant un maximum de dĂ©chets charriĂ©s par les flots. Restent de gros embâcles qu’on espère pouvoir retirer dĂ©finitivement au printemps, - quand la terre ne sera plus meuble -, avec l’aide du syndicat qui s’occupe de la gestion des cours d’eau dans le secteur !

Bref, cette fois, c’est la rivière qui s’est invitĂ©e dans diffĂ©rents endroits alentours. Au point que la nappe phrĂ©atique soit gorgĂ©e d’eau ! Rien d’Ă©tonnant quand on sait que le site est situĂ© en zone rouge ; une nouvelle que notre association a apprise bien après avoir emmĂ©nagĂ©… Bon, il faut rester positif : avec toute cette humiditĂ©, les pâtures donnent de l’herbe jusqu’Ă  la fin de l’Ă©tĂ© quand d’autres sont dĂ©jĂ  rases. On a mĂŞme vu des cygnes voguer sur l’onde…

Plus de photos des inondations Ă  dĂ©couvrir dans notre galerie d’images.

Chaman s’en est allé de son pas léger…

Triste dĂ©but d’annĂ©e pour Martine et Alain : le 8 janvier en soirĂ©e, leur Chaman «au grand cĹ“ur » a poussĂ© son dernier souffle. Dans son Ă©curie, juste Ă  cĂ´tĂ© de leur maison oĂą ce fin alezan avait ses habitudes, depuis son adoption voilĂ  huit ans. En rencontrant ce couple, notre ancien protĂ©gĂ© avait, enfin, trouvĂ© la famille qu’il mĂ©ritait tant. Sauv’Equi s’associe Ă  leur chagrin et les remercie d’avoir offert tant d’amour Ă  ce courageux petit cheval. Puisse-t-il reposer en paix et ĂŞtre heureux Ă  jamais !
Voici le dernier message que Martine et Alain ont voulu lui transmettre :

" Chaman,
Notre ami, notre compagnon Chaman, notre prĂ©sence brillante et silencieuse, est parti vers la grande prairie du firmament pour de longues chevauchĂ©es de son allure  lĂ©gère.
Comme une étoile dans la nuit, sans une plainte et sans un bruit, il est parti vite au moment qu’il a choisi.
Tous nos Ă©changes de tendresse, ta gentillesse, vont tellement nous manquer !
Ton départ était pour toi une simple loi de la nature, mais pour nous c’est un vide immense. "

Deux vidéos de CHAMAN : “Chaman, ma nouvelle vie” en mai 2012 et “Chaman, la belle vie continue” en juillet 2014.

Chaman_mort

Un cheval peut vivre 50 ans… si on respecte sa nature !

Les êtres que l’on aime, on souhaiterait qu’ils soient éternels. A commencer par nos chevaux qui nous voient grandir à leurs côtés et accompagnent souvent tout un pan de notre vie.

HĂ©las, passĂ© 15 ans, voire mĂŞme un peu avant, les Ă©quidĂ©s sont gĂ©nĂ©ralement rangĂ©s dans la catĂ©gorie « seniors » par la plupart des cavaliers et professionnels de l’équitation. Quinze ans pourtant, c’est court et on aimerait bien prolonger le moment, pas vrai ? A Sauv’Equi, Hara d’Or, Aquilas et Axia de Sausset ont 29 ans (enfin, 30 si l’on considère que le cheval prend une annĂ©e Ă  chaque 1er janvier). On aurait donc de la veine…

Trente_ans_Montage

A lire Pierre Enoff, on est loin du compte et cela nous rĂ©jouit. « Un cheval est scientifiquement programmĂ© pour vivre une cinquantaine d’annĂ©es », annonce l’éleveur et guide de randonnĂ©es Ă©questres dans le massif pyrĂ©nĂ©en franco-espagnol. « PrĂ©maturĂ©ment usĂ© par un quotidien de vie inadĂ©quat (nourriture, sĂ©dentaritĂ©, ferrage…), le cheval du monde Ă©questre traditionnel meurt bien plus jeune », Ă©crit-il encore dans son livre Le silence des chevaux (Editions Amphora). Un vibrant plaidoyer pour « une relation pacifiĂ©e », plus respectueuse, de ces animaux.

Aux cavaliers et propriétaires à ouvrir leur esprit

Si vous suivez bien, c’est à nous, humains, à nous montrer à l’écoute des besoins de nos compagnons à poils et à crins pour favoriser une longévité somme toute naturelle !

A Sauv’Equi, on essaie de mettre toutes les chances de notre côté : nos protégés ne sont plus ferrés depuis longtemps (mais parés régulièrement) ; ils sortent au pré par tous les temps ; mangent de l’herbe toute l’année, en plus du foin disponible en quantité dans leurs filets (pour éviter au maximum les problèmes de transit et de l’appareil locomoteur). Précision importante : ni parcs, ni fourrage ne sont traités par des produits phytosanitaires et leurs compléments alimentaires sont issus, en majorité, de l’agriculture biologique.

Bon, c’est vrai, nos pensionnaires dorment au box, dans un confortable lit de paille chaque soir d’hiver, et non pas à la belle étoile, mais c’est parce que la plupart - pur-sang-anglais, selle français, islandais - ont, par le passé, beaucoup souffert et qu’il a fallu les habituer, patiemment, à une existence plus sereine. Chacun voit aussi l’ostéopathe et le dentiste au minimum une fois par an.

Devenus adultes trop tôt - à 2 ans dans les boîtes des champs de courses alors que leur dos n’est même pas formé ou débourrés à 3 ans en vue d’une carrière de jumping -, Hara d’Or, Aquilas, Axia et compagnie auraient donc encore l’horizon devant eux (si l’on oublie l’arthrose et les maladies, séquelles de leurs débuts).

Sauv’Equi profite de cette note d’espoir qu’offre l’ouvrage de Pierre Enoff pour vous souhaiter une BONNE ANNEE 2018, chers internautes, auprès des chevaux, des ânes et des poneys !