Igor, Ferdinand et Cadichon, la belle vie au grand air !

Depuis le temps qu’on devait aller les voir ! Après Julia et Jordan, Carine et moi sommes, enfin, allées rendre visite à Igor, Ferdinand et Cadichon. Souvenez-vous, les ânes de Sauv’Equi avaient eu la chance d’être adoptés ensemble fin décembre 2014 par un couple amoureux des équidés et des animaux en règle générale.

News_CadichonFI 

Nous les avons donc retrouvés avec grand plaisir et en pleine forme, beau poil, bon oeil ! Coulant des jours heureux auprès de leurs adoptants dans un environnement paradisiaque. Imaginez : un accès libre quand ils le veulent à leur écurie ombragée ; un pré de plusieurs hectares, vallonné pour se faire les muscles et disposant d’un petit cours d’eau pour se rafraîchir les pieds ; des arbres fruitiers, en veux-tu, en voilà, où les filous se servent sans même demander la permission ! Bref, nos amis ont la belle vie et cela nous ravit.

D’autant plus encore qu’Igor, Ferdinand et Cadichon partagent leur quotidien avec deux jolies ânesses. Une joyeuse troupe qui joue, se chamaille, se fait des câlins. Et qui bénéficie de toute l’attention de leurs propriétaires aux petits soins pour chacun d’eux. Vous l’aurez compris, Sauv’Equi n’aurait pas pu rêver mieux pour ses anciens protégés.

La confiance d’un cheval, ça se mérite !

« Le jour oĂą on peut entrer dans un paddock oĂą un cheval est allongĂ© sans qu’il se lève, on sait qu’on a vraiment gagnĂ© sa confiance. Evidemment, pour ça, il faut souvent venir le voir sans rien lui demander… juste entrer sans raison apparente, le gratouiller un peu, repartir », assure Andy Booth dans un livre passionnant sur sa vie avec les chevaux : Andy, le parcours d’un chuchoteur, co-Ă©crit avec son Ă©pouse Catherine Booth et Emmanuelle Hubrecht, aux Editions Belin. Pour ce disciple de Pat Parelli et de la mĂ©thode PNH (Parelli Natural Horsemanship), il s’agit tout simplement d’ « Ă©ducation de base, pour que le cheval en vienne Ă  vous voir arriver avec plaisir, en restant complètement dĂ©tendu ». Dès ses premiers mois en France, cet homme de cheval australien s’est aperçu que, malheureusement, cette notion Ă©tait Ă©trangère Ă  la culture Ă©questre europĂ©enne…

Le considérer comme « un partenaire », pas un esclave.

Confiance_cheval « Quand on suggère aux cavaliers d’aller voir souvent leur cheval "pour rien", simplement pour entretenir la confiance, beaucoup reçoivent cette idĂ©e comme "un truc sentimental". Le cheval est lĂ  pour servir, un point c’est tout. Et pourtant, il "sert" tellement plus volontiers quand on se donne la peine de le traiter comme un partenaire, pas comme un esclave », analyse Andy Booth. « Ça n’a rien Ă  voir avec un sentimentalisme dĂ©placĂ©, ça n’est pas non plus une question de "douceur" : c’est uniquement un problème d’efficacitĂ©. Ce qu’on cherche, c’est la coopĂ©ration pleine et volontaire du cheval. On ne l’obtient pas en le traitant comme un imbĂ©cile qui n’a pas de volontĂ© propre. » Ce serait d’ailleurs mal connaĂ®tre les chevaux, tous dotĂ©s d’un caractère unique, pour peu qu’on Ă©prouve l’envie et le besoin de les connaĂ®tre.

Dans ce chapitre, l’instructeur spĂ©cialisĂ© en Ă©thologie Ă©quine rĂ©tablit une vĂ©ritĂ© (qui s’avère, au passage, Ă©galement valable pour les relations humaines) : « On a un ascendant bien plus grand et bien plus solide sur le cheval quand l’autoritĂ© se construit sur le respect et la confiance, et non sur la crainte ». Le cavalier expĂ©rimentĂ© rappelle que cette façon de faire demande, Ă©videmment, « beaucoup de rĂ©flexion et pas mal de temps. Il faut d’abord poser les fondations et accepter de revenir Ă  un travail de consolidation aussi souvent que nĂ©cessaire. Il ne faut pas se concentrer sur le rĂ©sultat, sur le but Ă  atteindre, mais se recentrer sans cesse sur les principes ».

Bref, savoir se remettre en question. C’est Ă©galement ça, l’Ă©quitation ! Quant Ă  passer un moment avec son cheval, ce ne sera jamais du temps perdu. PlutĂ´t une visite Ă  un ami dont on souhaite avoir des nouvelles.

Une saison au poil !

Au printemps, chaque cheval entame sa mue. C’est-Ă -dire qu’il renouvelle sa robe, un peu comme nous notre dressing quand les tee-shirts succèdent aux pull-overs. Un processus naturel important pour l’organisme. Progressivement, les poils anciens sont remplacĂ©s par de petits nouveaux, plus courts et lisses, bref plus adaptĂ©s Ă  une mĂ©tĂ©o clĂ©mente et ensoleillĂ©e, pour peu que la pluie ne vienne pas tout dĂ©sorganiser… Chez certaines races comme les pur-sang anglais et les trotteurs, on retrouve mĂŞme une peau ultra fine, luisante au soleil.

Mue_printemps_01

Mue_printemps_02

C’est la luminosité qui provoquerait le début de la mue printanière. Après, tout dépend de l’animal : de son âge, son état de santé, ses conditions de vie, son alimentation. Changer totalement de poils nécessite pas mal d’énergie, d’où l’intérêt d’être attentif à nos amis équins. Voire de les aider à se débarrasser de leurs poils longs et autres sous-poils comme Carine, la présidente de Sauv’Equi, le fait avec Axia de Sausset. Pendant la saison estivale, notre adorable Islandaise de bientôt 30 ans pourra ainsi mieux évacuer la chaleur.

Mue_printemps_03

Un bon pansage, si possible exécuté régulièrement, permet aussi de soulager la jument d’éventuelles démangeaisons causées par les poils qui tombent. Une sensation que l’on connaît, n’est-ce pas Mesdames, lorsqu’on s’épile d’un peu trop près ! Balader une brosse sur toutes les parties charnues du corps correspond également à un agréable massage. Pas étonnant que la plupart des chevaux apprécient !

Mue_printemps_04