Les aléas de l’adoption !

Adopter un animal est une démarche compliquée à plusieurs titres et dont la réussite relève d’une alchimie très complexe, il faut retourner cent fois de nombreuses questions dans sa tête. Parmi ces questions, se posent celles liées à ses propres limites, “suis-je capable d’assumer financièrement l’animal, suis-je capable de lui apporter les soins nécessaires, est-ce que je vais être capable de capter les signaux d’alertes en cas de maladie etc…”.Chaman

Ensuite viennent les questions liées à l’environnement, “mes installations correspondent-elles aux besoins de l’animal, l’abri est-il suffisamment solide et protecteur, l’eau, les clôtures, etc…”.

Dernier point non négligeable dont il faut tenir compte, au cas où il serait amené à partager l’espace avec d’autres équidés, “comment va se faire l’intégration au sein du groupe existant” ? Sauv’Equi est également là pour vous aider à répondre à toutes ces questions, vous épauler, vous conseiller afin de réaliser la meilleure adoption possible. Notre priorité demeure le bien-être de nos pensionnaires et ce y compris après l’adoption.

C’est dans ce cadre que nous venons d’aider notre toute jeune famille adoptive “Vosgienne” (qui avait rĂ©pondu Ă  toutes ces questions) et qui vient d’accueillir Axia au moi de juin. Alors que tout semblait se dĂ©rouler pour le mieux, les relations entre les deux juments se sont dĂ©gradĂ©es, Axia a commencĂ© Ă  s’en prendre violemment Ă  sa compagne de parc, la bottant Ă  plusieurs reprises, lui occasionnant de gros hĂ©matomes (il semble que l’élĂ©ment dĂ©clencheur soit liĂ© aux chaleurs rĂ©centes de sa compagne de parc).

Force est de constater que nous nous sommes trompés, il fallait trouver une solution au plus vite. Notre famille adoptive souhaitait trouver une solution qui permette de maintenir dans ses installations, un pensionnaire Sauv’Equi capable de tenir compagnie à sa jument. Après réflexion, il a été décidé de faire partager la vie de cette jument à notre bon Chaman, hongre gentil et extrêmement sociable qui selon nous était le candidat idéal répondant le mieux aux exigences “du poste”.

Hier, Chaman a donc fait le voyage en direction de la ligne bleue des Vosges pour découvrir sa nouvelle maison, sa nouvelle famille et nouvelle compagne. Quant à Axia, elle a fait le voyage inverse pour retrouver les installations du refuge. C’est le cœur gros que notre famille d’accueil a vu partir Axia après un mois de vie commune, mais nul doute qu’elle succombera rapidement aux charmes de notre bon Chaman auquel de nombreux bénévoles demeurent très attachés.