La fourbure 2/2

fourbure_02

Comment la reconnaître ?

Les symptômes sont les suivants :
le cheval boîte des antérieurs, il met tout le poids de son corps en arrière pour soulager son avant-main.
L’un des sabots antérieurs est très chaud et douloureux (visible en tapant dessus avec un cure-pied par exemple).
Il est parfois en sueur et son coeur bat plus vite que d’ordinaire, sa respiration est accélérée, sa température corporelle est augmentée, et il est abattu.
Il éprouve beaucoup de difficultés à se coucher et à se relever, il s’allonge parfois de tout son long.

Un petit rappel :la nourriture distribuée en grande quantité pour des chevaux qui manquent d’exercice,
le surmenage,
l’ingestion d’une grosse quantité de grains tels que : le blé, le maïs, l’orge et l’avoine.
Un cheval qui ingère de l’herbe trop riche en azote comme au printemps, peut développer une fourbure dite de " pâturage ".
Les plantes aussi sont souvent mises en cause comme la luzerne et le trèfle.
Un abreuvement trop brutal d’eau froide,
un travail trop intense sur un terrain dur,
une mise-bas difficile pour les juments avec infection.
température normale 37°5 / 38°,
respiration 8-16 mouvements par minute,
fréquence cardiaque 28/40 battements par minute.

Origines de la fourbure:

Donc dérèglement de l’organisme!
Dans l’exemple d’une fourbure alimentaire causée par un repas trop riche en glucides, il y a surproduction d’acide lactique ce qui diminue le PH de l’intestin cela provoque la dégradation de certaines bactéries, et donc libère des composés toxiques " endotoxines " responsable d’empoisonnement et de troubles de la coagulation. On note parfois des tremblements et aussi des signes de coliques dûs à la douleur.
Il existe une tendance à la récidive, en particulier dans la fourbure d’origine alimentaire.
Pour les chevaux les plus sujets, donner leur toute l’année une ration très riche en fibre comme de la paille, du foin.

La fourbure est toujours une urgence même avec un traitement approprié et rapide car son pronostic est souvent incertain.
Pour l’urgence appliquer un pansement de pied et l’arroser fréquemment d’eau froide pour diminuer la douleur ou si l’on peut inclure le bout du tuyau d’eau dans le pansement.
Il faut examiner le Pied !
Même s’il est difficlile de prendre le pied d’un cheval qui souffre.
La couronne : on recherche l’existence d’une dépression du bourrelet coronaire.
La sole : nécrose en forme de croissant en avant de la pointe de la fourchette, bombement de la sole, perforation solaire par la pression de la troisième phalange avec écoulement liquide séreux.