Une saison au poil !

Au printemps, chaque cheval entame sa mue. C’est-à-dire qu’il renouvelle sa robe, un peu comme nous notre dressing quand les tee-shirts succèdent aux pull-overs. Un processus naturel important pour l’organisme. Progressivement, les poils anciens sont remplacés par de petits nouveaux, plus courts et lisses, bref plus adaptés à une météo clémente et ensoleillée, pour peu que la pluie ne vienne pas tout désorganiser… Chez certaines races comme les pur-sang anglais et les trotteurs, on retrouve même une peau ultra fine, luisante au soleil.

Mue_printemps_01

Mue_printemps_02

C’est la luminosité qui provoquerait le début de la mue printanière. Après, tout dépend de l’animal : de son âge, son état de santé, ses conditions de vie, son alimentation. Changer totalement de poils nécessite pas mal d’énergie, d’où l’intérêt d’être attentif à nos amis équins. Voire de les aider à se débarrasser de leurs poils longs et autres sous-poils comme Carine, la présidente de Sauv’Equi, le fait avec Axia de Sausset. Pendant la saison estivale, notre adorable Islandaise de bientôt 30 ans pourra ainsi mieux évacuer la chaleur.

Mue_printemps_03

Un bon pansage, si possible exécuté régulièrement, permet aussi de soulager la jument d’éventuelles démangeaisons causées par les poils qui tombent. Une sensation que l’on connaît, n’est-ce pas Mesdames, lorsqu’on s’épile d’un peu trop près ! Balader une brosse sur toutes les parties charnues du corps correspond également à un agréable massage. Pas étonnant que la plupart des chevaux apprécient !

Mue_printemps_04