Coprologie, mode d’emploi !

Pour éviter d’administrer un vermifuge à l’aveugle à un cheval, Sauv’Equi opte pour les analyses de crottins. La démarche prend un peu de temps mais s’avère digne d’intérêt pour savoir si l’animal est peu ou beaucoup parasité. Cette vermifugation ciblée permet aussi de limiter l’apparition de nouvelles résistances médicamenteuses.

Copro_03

Un matin, équipé de sachets (comme ceux distribués pour ramasser les crottes de chien ou les modèles servant à congeler les aliments), vous vous rendez à l’écurie ou au parc où vivent les chevaux. Et vous patientez jusqu’à ce que l’un d’eux lève la queue. Dès que cela arrive, vous vous rendez rapidement à l’endroit choisi par l’équidé et récupérez quelques grammes de fèces. A choisir au milieu et sur les côtés tant qu’elles sont encore chaudes et à glisser sans tarder dans le sac plastique que vous fermerez en évitant d’y faire entrer de l’air. L’exercice est à recommencer autant de fois qu’il y a de hongres ou de juments dans le cheptel. La patience est donc de mise !

Copro_02

Attention, pour ne pas attribuer un crottin appartenant à tel cheval à un autre, veillez à bien ouvrir les yeux quand vous surveillez la joyeuse troupe, certains chevaux ayant tendance à se soulager en même temps que le copain d’à côté. N’oubliez pas non plus de coller une étiquette, préalablement préparée, avec le nom de l’animal et la date du jour sur le sachet !

La précieuse collecte achevée et stockée dans une glacière, vous n’aurez plus qu’à l’emmener dans un laboratoire spécialisé dans ce genre d’examen. Le mieux étant de le prévenir de votre arrivée pour une prise en charge rapide !

Parcs à nettoyer

Quelques jours plus tard, vous recevrez les résultats. Et découvrirez combien d’Å“ufs de strongles digestifs (les vers les plus courants) ou d’autres parasites sont contenus dans le corps de votre cheval, âne ou poney. Selon la quantité, le vétérinaire équin que vous avez l’habitude de consulter vous indiquera s’il est nécessaire ou pas de vermifuger votre compagnon et avec quel produit. Histoire de ne pas faire n’importe quoi !

Copro_01

A noter qu’en automne, généralement courant novembre, il est fortement conseillé de vermifuger chaque cheval avec une molécule spécifique afin de tuer les ténias et les larves de petits strongles qu’on ne détecte pas ou mal à la coproscopie (étude du crottin à l’aide d’un microscope).

Après les analyses, vient ensuite le temps du nettoyage des pâtures des équidés. Là encore, cela demande des efforts et de nombreuses heures de travail selon la superficie des parcelles pouvant être contaminées. Crottins frais et plus anciens seront alors soigneusement ramassés pour permettre à l’herbe de repousser sainement. Une mission nécessaire si l’on veut prendre soin correctement de son cheval !

 

Copro_04