La meilleure façon de nourrir

nourriture Le cheval peut être motivé par la nourriture, mais cette motivation sera toujours secondaire par rapport à ses besoins en sécurité et en relations sociales. La nourriture déclenche des comportements agressifs et affermit la hiérarchie sociale entre membres de la harde. Si un cheval subordonné s’approche de la nourriture d’un dominant, le résultat en sera une menace ou un acte agressif de la part de ce dernier. Ce conflit sera en fait seulement en relation avec la hiérarchie de dominance: la nourriture n’en fera pas directement partie, mais en sera seulement le déclencheur.

Chez l’homme, la nourriture est non seulement nécessaire à la survie, mais a également de fortes connotations sociales et psychologiques. La nourriture de confort nous apporte du bien-être. Nous utilisons également la nourriture comme moyen de subornation, de récompense et pour les festivités.

En premier lieu, quand vous distribuez de la nourriture à des chevaux en groupes, vous déclenchez des comportements agressifs liés à la hiérarchie de dominance, qui peuvent conduire à des blessures chez vous ou chez eux. Notez bien que ce comportement agressif est souvent interprété à tort comme de la jalousie car souvent vous ne donnez à manger qu’à un seul cheval et non à tous. La jalousie n’a rien à voir là-dedans: c’est une émotion humaine. En réalité, l’attrait de la nourriture pousse les chevaux dominés à défier les dominants, et pousse ces derniers à passer de la menace à l’agression réelle afin d’assurer leurs prérogatives.

Ensuite, votre envie de procurer du bien-être à votre cheval grâce à la nourriture peut être une récompense involontaire pour un comportement indésirable, résultant en un renforcement de mauvaises et dangereuses habitudes comme celle de mordre. Par exemple: votre cheval vous pousse du bout du nez pour avoir à manger, et vous lui donnez quelque chose, récompensant son comportement et l’encourageant à vous pousser plus fort; il refuse de monter dans le van, et vous lui donnez une poignée de grain en espérant l’amadouer, alors qu’en réalité vous ne faites que récompenser ses dérobades; il se conduit mal alors que le maréchal-ferrant essaie de faire son travail, alors vous lui donnez des poignées de grains pour le faire se tenir tranquille, et il continue à être insupportable, puisque vous le récompensez par de la nourriture quand il l’est.

Il faut donc éviter de donner de la nourriture à des chevaux en groupe. Si vos attentions sont destinées à un cheval en particulier, mettez-lui un licol et conduisez-le à l’extérieur de l’enclos où se trouve le groupe; vous pourrez alors le nourrir en sécurité. Evitez de le nourrir à la main, et ne lui permettez jamais de chercher de la nourriture dans vos poches. A la place, offrez-lui de la nourriture dans sa mangeoire habituelle, ou dans un seau que vous tiendrez dans vos mains. Cela permettra d’éviter des comportements tels que les petites poussés du nez et les mordillements. Réfléchissez à ce vous faites en nourrissant, cela vous évitera de récompenser un mauvais comportement par inadvertance. Si votre cheval se dérobe, couche ses oreilles, refuse de rester en place, et en règle générale vous oppose une résistance, la nourriture récompensera et encouragera ce comportement. Attendez jusqu’à ce qu’il vous offre un comportement plus coopératif, comme quelques pas en avant, des oreilles dressées, un moment d’immobilité, en un mot qu’il vous ait cédé, et à ce moment là seulement vous pourrez le récompenser à bon escient.