Messieurs, Mesdames, les sénateurs, de grâce, un peu de sensibilité !

Le 30 octobre dernier à l’Assemblée nationale, les députés ont entériné l’amendement déposé par Jean Glavany qui donne aux animaux la qualité « d’êtres vivants doués de sensibilité » dans le Code Civil. Leur statut juridique n’avait jamais été revu depuis 1804 : c’est dire si ce début de réforme était attendu, notamment par la Fondation 30 Millions d’Amis qui avait su mobiliser intellectuels et grand public autour de cette cause (voir notre post du 18/06/2014) !

Une avancée donc - même si les bêtes restent « soumises au régime des biens » - aujourd’hui remise en cause par d’autres parlementaires… Examiné en deuxième lecture, le texte vient d’être allégé par les sénateurs qui ont supprimé la qualification accordée plus tôt ! En ce début de XXIe siècle, ces messieurs-dames n’ont pas eu le courage de s’opposer à certains lobbies. Vraiment dommage ! Reste plus qu’à espérer que les députés auront le dernier mot lors de l’ultime examen de ce projet de loi ! L’humanité, en ces temps troublés, y gagnerait en crédibilité.

les 3