Du foin au parc, ouf !

Un printemps chaud et sec, un été pluvieux et c’est l’herbe qui vient à manquer dans les prés. Une averse, du soleil : à peine a-t-elle repoussé qu’elle est immédiatement mangée ! La seule solution pour que les chevaux ne perdent pas de l’état - à moins de bénéficier d’autres pâtures - est donc de leur mettre du foin (la base de l’alimentation du cheval après l’herbe). En abondance et en libre service de façon à ce que les équidés puissent en disposer à satiété.

Riche en calcium et en protéines, le foin peut être constitué de graminées (herbes de prairie) ou de légumineuses (trèfle, luzerne) ou d’un mélange des deux, selon les spécialistes. Pour éviter le gaspillage et protéger le fourrage des intempéries, il est conseillé de le disposer dans un râtelier spécifique pour chevaux ou sous abri. Un foin de qualité est généralement vert et sent bon. De quoi ouvrir l’appétit de nos amis !

Nos ânes, la tête dans le foin. Une scène qui n’a pas échappé au regard de Mélissande, 11 ans. Ses photos sont à découvrir dans la galerie «images».

20140710_202022