Se rouler, ça fait du bien !

Le Mareyeur aime se rouler. Cette fois-là, Julia l’a surpris dans ses Å“uvres et a eu la bonne idée de le photographier. D’abord, notre pur-sang anglais adoré cherche un endroit approprié en grattant le sol. Dans un pré, il n’est d’ailleurs pas rare d’apercevoir des aires de roulade où plusieurs équidés se sont frottés la tête, l’encolure, le dos…

Marayeur_roulade_01

Une fois l’emplacement identifié, le cheval commence sa descente ; ses antérieurs toucheront la terre en premier. Une fois couché, Le Mareyeur se balance à droite puis à gauche et vice-versa, autant de fois qu’il lui plaira ! A Sauv’Equi, quand on voit effectuer une roulade complète, on a l’habitude de dire que l’animal va bien et n’a pas de douleurs dorsales. Peut-on se fier à cet examen ? Difficile à dire, toujours est-il que notre protégé a l’air de bien s’amuser !

Marayeur_roulade_02

La roulade a également un tout autre rôle. Comme l’écrit Hélène Roche dans Comportements et postures ("Soins du cheval", Belin) - un livre très intéressant pour mieux comprendre ces êtres merveilleux – , « les chevaux se roulent fréquemment après une séance de travail lorsqu’ils ont eu un harnais ou une selle sur le dos, lorsqu’ils sont mouillés ou encore lorsqu’ils sont gênés par les insectes ». Pour l’éthologiste, « frottements et roulades ont une fonction hygiénique - en faisant tomber les poils morts et les parasites (mouches, tiques…) - et probablement de massage ». D’autant que Le Mareyeur a l’habitude de secouer tout son corps, à nouveau debout, pour se débarrasser du surplus de poussière… avant de piquer un petit galop !

Marayeur_roulade_03