Les chevaux nous regardent !

Toute personne qui a la chance de les côtoyer, de vivre à leurs côtés, le sait : les chevaux lisent nos émotions sur nos visages, les anticipent même parfois. L’Université du Sussex, en Grande-Bretagne, vient d’en apporter la caution scientifique en publiant une étude démontrant que les chevaux comprennent nos expressions faciales et y réagissent. Celles de la joie et de la colère notamment. Les chercheurs ont d’ailleurs remarqué que lorsqu’il perçoivent des ondes négatives, nos amis à crins et à poils « utilisent davantage l’Å“il gauche ».

cheval_emotion_01

cheval_emotion_02 cheval_emotion_03

De notre côté, on peut aussi deviner l’humeur d’un cheval en observant sa bonne tête, son regard, la position de ses oreilles… Lui aussi est un être très expressif !

Lire l’article de Cheval Savoir à ce sujet.

Aquilas en pleine action !

Qui a dit que les vieux chevaux n’étaient pas beaux à voir ? Personne à Sauv’Equi en tout cas ! Regardez Aquilas, 28 ans ! Malgré un gros jarret - sans doute le souvenir d’une autre vie où il s’adonnait au concours de saut d’obstacles -, notre Selle Français n’hésite pas à s’allonger dans le sable et à se rouler copieusement. Admirez la technique, chers internautes ! Notre papy adoré n’est peut-être plus montable mais en a encore sous le pied !

Aquilas_action

Le préalpin qu’on lui donne chaque jour à volonté lui donne une énergie qui fait plaisir à voir. Monsieur Aqui’  rencontre, en effet, actuellement de petits problèmes dentaires qui ne lui permettent pas de se nourrir d’herbe comme il le voudrait.  Son régime alimentaire coûte cher à notre association mais il le mérite tant !

Ravis de leur visite à Sauv’Equi !

Certains d’entre-eux avaient déjà côtoyé des chevaux ; pour d’autres, il s’agissait d’une découverte. Un groupe du Relais Fomal de Metz, qui épaule au quotidien des adultes et des familles, s’est rendu au refuge mardi après-midi, accompagné de deux éducateurs de cette structure. Carole avait envie depuis longtemps de partager son amour des chevaux avec les personnes dont elle s’occupe ; elle a embarqué son collègue Martial dans l’aventure ! Malgré le manque de bénévoles, Sauv’Equi a fini par acquiescer à ses sollicitations, Carine et moi-même se chargeant de recevoir nos visiteurs d’un jour.

Relais_Fomal_01

On a pu alors leur expliquer pourquoi Sauv’Equi existait : pour prendre soin de chevaux malheureusement abandonnés par leurs propriétaires. Sans subvention, mais uniquement grâce à des dons, contrairement à ce que nos hôtes pensaient.

Relais_Fomal_02

On leur a ensuite présenté nos protégés tout en racontant leur histoire. Jean-Pierre s’est aussi confié : pour avoir vécu dans des villes accueillant des hippodromes, lui aussi connaît un peu les chevaux de course. Tiago a évoqué avec un brin de fierté les Lusitaniens de son pays. Entre deux caresses à Surfing et Le Mareyeur, une jeune femme s’est souvenu du temps où elle travaillait dans une écurie de concours. « C’était dur, physique ! » Carine ne lui dira pas le contraire, elle qui subvient chaque jour aux besoins d’Aquilas et compagnie. Mais on est d’accord : les chevaux nous le rendent bien ! « Il y en a un qui m’attendait à chaque fois : il savait que je lui donnais une friandise », n’a pas oublié cette dame. Des animaux attachants comme souvent les gens.