Cadichon, Igor et Ferdinand vous saluent bien !

Souvenez-vous, chers internautes, les trois ânes de Sauv’Equi avaient eu la chance d’être adoptés ENSEMBLE fin décembre 2014 ! Virginie et son époux, leurs heureux propriétaires, viennent de nous donner de leurs nouvelles, comme souvent. Des mots qui nous font chaud au cÅ“ur ! Merci à eux !

Cadichon_Igor_Ferdinand_1

«Après un peu plus d’un an à la ferme, les mousquetaires ont vraiment pris leurs marques.
Cadichon reste le plus câlin de tous ; on peut rester de très longs moments à le caresser sauf si on a mis des gants, il n’aime pas !
Ferdinand vient toujours, mais il faut plutôt l’attraper pour le caresser, c’est pas son truc. Son truc, c’est de piquer des galops en faisant des moulinets de la tête ou de faire des papouilles à son copain Igor.
Igor, c’est un ventre ! Et c’est lui qui donne le ton le matin en essayant de brailler, mais c’est toujours un son de trompette assez marrant qui sort ! C’’est également toujours lui qui va chercher Cadichon pour jouer ou l’embêter ; ils s’attrapent, se mordent, se dressent… Ils font ça souvent en fin de journée.
Et notre Trompette s’est très bien accommodée des trois loustics, tantôt avec l’un, tantôt avec l’autre. Mais si elle a ses chaleurs, seul Igor a ses faveurs et même si on n’est pas là pour le voir, on s’en rend compte car sa croupe est toute hirsute. Quand je leur donne le foin, elle doit juste attendre que ces messieurs soient à leur place, car ils ont leur place : Ferdi au milieu qui pousse tout le monde, Igor à côté, Cadi à une extrémité et Trompette qui se faufile vers le bout de râtelier qui reste. Heureusement, elle a toujours l’écurie pour elle toute seule la nuit car elle a ses petites habitudes et ses horaires,  les trois autres préférant très souvent dormir dehors.
  »

Cadichon_Igor_Ferdinand_2

Vous l’aurez compris, Cadichon, Igor et Ferdinand ont même gagné une amie ! Un joli quatuor heureux de vivre !

Sa majesté, Surfing Dubb !

Surfing_01

Il est né, voilà 24 ans, chez les frères Wertheimer, propriétaires, entre autres, du temple du luxe qu’est la maison Chanel. Son père, Alleged, né aux Etats-Unis, est entré dans la légende en remportant deux fois le Prix de l’Arc de Triomphe. Comme lui et Mysouko, sa mère, Surfing Dubb arbore une robe bai qui brille de mille feux, un coup de brosse à peine effleuré sur son encolure, son dos, sa croupe. Monsieur est chatouilleux, même s’il a un certain standing à tenir !

Surfing_02

A trois ans et demi, notre ami effectue sa première course de plat à Fontainebleau. C’est son métier et il a pour entraîneur l’une des meilleures, Madame Christiane Head-Maarek, installée à Chantilly. Dans sa carrière, notre galopeur sera même monté par Thierry Thulliez, parmi les jockeys les plus courus. Avant d’être mis à réclamé et vendu après une énième course à Compiègne, le 3 mars 1997. Que s’est-il passé après ? On ne le saura sans doute vraiment jamais.

Surfing_03

Sorti des courses, Surfing a connu plusieurs jeunes propriétaires – deux se sont fait connaître de notre association, soulagées de le retrouver – et s’est essayé avec elles à d’autres sports : dressage, horse-ball… Compétiteur dans l’âme, on imagine que là encore il a tout donné. Malheureusement, comme trop souvent, il a aussi croisé la route de personnes mal intentionnées. Sauvé du pire puis délaissé à nouveau. Sauv’Equi est sa demeure depuis maintenant plus de huit ans.

Notre Surf’, on l’aime, on le chouchoute. Régulièrement, comme tous nos autres protégés, il voit vétérinaire, maréchal-ferrant, ostéopathe, dentiste équin et a droit à ses analyses de crottins. Dans son box copieusement paillé à la façon écurie de courses, il dispose de foin à volonté via son filet quand il ne récupère pas quelques brins de préfané de son grand pote Aquilas. Bref, la belle vie après avoir frôlé la mort ! Parrainé par Lily depuis plusieurs années, Surfing vieillit sereinement avec notre équipe. Caractériel et câlin à ses heures, il n’a pas fini de nous étonner, c’est sûr ! Surfing Dubb, pur-sang anglais et heureux retraité.

Surfing_04