Six étudiantes qui ont du cœur

Bénévole à Sauv’Equi, Perrine Bourson se faisait rare au refuge ces derniers temps. Et pour cause : dans le cadre de ses études de communication à l’IUT (Institut universitaire et technologique) Nancy-Charlemagne, elle était partie prenante d’un projet humanitaire qui allait la faire voyager ! Avec cinq autres jeunes femmes dynamiques, elle a multiplié les actions pour récolter une importante somme d’argent à reverser à plusieurs associations. 5 000 € pour autant de kilomètres parcourus en Roumanie, République Tchèque, Slovaquie et Pays-Bas à la rencontre de quatre structures et de différentes cultures.

Sharetrip_01_legende

Perrine, Mélanie, Apolline, Léana, Mylène et Jennifer ont choisi d’aider SOS Village d’enfants, Vaincre la Mucoviscidose, Les enfants du Danube et Adra. La première <redonne à des frères et sœurs séparés de leurs parents le bonheur de grandir ensemble selon un mode de vie familial >, soulignent les filles sur le site internet de Sharetrip, le nom de leur ambitieux projet. La seconde, on le sait, lutte depuis des années contre une maladie qui touche les voies respiratoires ; une pathologie qui n’a hélas pas épargné un proche de l’une des étudiantes. Quant aux Enfants du Danube, l’antenne slovaque propose notamment des bourses aux étudiants pour leur permettre de poursuivre leur cursus. Adra, enfin, assure les besoins élémentaires (nourriture, eau, logement) ainsi que l’accès aux soins et à l’éducation des populations de pays en voie de développement. Bref, que des associations qui se soucient de leurs prochains.

Sharetrip_02_legende 

Perrine n’oublie pas Sauv’Equi

Après ce périple financé sur leurs propres deniers, des images et des sourires gravés dans les mémoires, ces futures communicantes à l’esprit solidaire ont fait leurs comptes : l’objectif étant dépassé, pourquoi ne pas parrainer deux associations supplémentaires ? Perrine a proposé Sauv’Equi. < Car sa cause me tient aussi à cœur. Ce don serait à la hauteur de 400 € >, nous a-t-elle récemment écrit. Une initiative qui nous a profondément touchés. Merci, Perrine, merci, les filles, d’avoir compris notre philosophie : rapprocher humains et animaux dans un monde où il reste tant à faire !

Pour en savoir plus : le site de Sharetrip et sur Facebook

HOMMAGE

radoka

A toi ma douce Radoka, ma princesse noire.

A 2009, l’annĂ©e oĂą je t’ai adoptĂ©e en fin d’annĂ©e, pour notre plus grand bonheur.

A ces 5 annĂ©es passĂ©es ensemble, trop courtes, mais si riches de tout ce que tu m’as apportĂ©.

A ces 26 annĂ©es passĂ©es auprès de ton ami Ange, avec qui tu as - entre autres - pratiquĂ© du treck en attelage Ă  4, et qui ne manquait pas de venir te saluer Ă  chaque fois qu’il passait Ă  Metz.

A 2008, annĂ©e oĂą tu es arrivĂ©e chez Sauv’Equi, avec tes soeurs Sarrat et Reinette parce que ton maĂ®tre et ami voulait pour vous 3 une belle retraite pleine de vertes pâtures.

A tous tes amis des Centres d’Aide par le Travail dont tu as fait le bonheur. Ton calme et ta douceur ont fait de toi le cheval rĂ©fĂ©rent de Sauv’Equi pour pratiquer leur activitĂ© hippo-sociale ; toi, ma Radok, sereine et tolĂ©rante lorsqu’ils te pansaient, avec leurs gestes quelquefois maladroits. Tu aimais les caresses qu’ils te donnaient sans compter, ravis de ton contact.

A toi, ma Radok, dont le carnet de santĂ© indiquait "poney de race mĂ©rens", tu parles d’un poney…

Tu me manques Radoka.

Tu manques Ă  Quarina, ta copine, avec qui tu passais toutes tes vacances de printemps et d’Ă©tĂ©, sous l’oeil vigilant de ton pote Pascal.

Le 28 fĂ©vrier dernier, Ă  presque 32 ans, tu t’es endormie dans mes bras, en douceur. MĂŞme si ma peine Ă©tait (est toujours) immense, je te devais bien ça : ĂŞtre lĂ  pour toi jusqu’au bout.

Encore une fraude sur la viande de cheval !

Vendredi dernier, 26 personnes,  < membres d’un rĂ©seau criminel organisĂ© > selon Eurojust (l’organe europĂ©en de coordination judiciaire), ont Ă©tĂ© arrĂŞtĂ©es en France, Belgique, Hollande et Allemagne car elles auraient fait entrer frauduleusement de la viande chevaline impropre Ă  la consommation dans la chaĂ®ne alimentaire europĂ©enne.

Le Monde Economie vient d’en faire Ă©tat.

En attendant les suites judiciaires Ă  donner Ă  toutes ces affaires (personne n’a oubliĂ© le scandale de 2013), chaque citoyen a un rĂ´le Ă  jouer pour Ă©viter que l’histoire ne se rĂ©pète : NE PLUS MANGER DE CHEVAL ! C’est aussi simple que cela. Surtout quand on sait que la majoritĂ© des chevaux abattus sont des chevaux de course, de centres Ă©questres ou de particuliers qui ne veulent plus les assumer. Quant Ă  ceux Ă©levĂ©s pour leur viande, comme les vaches, les cochons, les poules, avant d’en manger, assurez-vous qu’ils ont Ă©tĂ© Ă©levĂ©s dans des conditions conformes Ă  leurs besoins naturels. A moins de devenir vĂ©gĂ©tarien, c’est le moindre des respects !