Affaire Icare : 3 mois de prison ferme pour le maquignon

Cela ne fera malheureusement pas revenir Icare, un ancien pensionnaire de Sauv’Equi, adopté en 2007, lors de la première année d’existence de l’association. Ce beau et attachant Selle-Français fait partie des 423 chevaux envoyés à l’abattoir contre rénumération par Jean Daubré, un maquignon qui a sévi dans tout le Nord-Est (voir les posts des 7 juillet, 4 août, 6 octobre, 10 décembre 2013 et du 15 avril 2014).

Le septuagénaire repérait sur le net des personnes cédant leurs équidés âgés ou ayant des problèmes de santé < contre bons soins >. En faisant miroiter une retraite paisible pour leurs compagnons, il arrivait à convaincre les propriétaires trop peu méfiant(e)s… Résultat : au lieu des pâturages promis, c’est le camion du boucher, et parfois de longs et pénibles trajets, qui attendaient les pauvres bêtes abattues dans d’autres régions de France. Selon l’enquête des gendarmes, le maquignon se serait fait ainsi plus de 130 000 euros de bénéfices.

Comme vous le lirez dans le compte-rendu d’audience du Républicain Lorrain, en ce début d’année 2015, le prévenu a été condamné à 12 mois de prison dont 9 avec sursis et mise à l’épreuve pendant 3 ans par le tribunal correctionnel de Charleville-Mézières pour abus de confiance et exécution d’un travail dissimulé. Il devra indemniser ses victimes humaines. La justice lui interdit désormais d’exercer toute profession commerciale et de faire de la vente de biens et d’animaux à vie.

En espérant que cette sordide affaire ait ouvert les yeux des cavaliers : quand on a un cheval — et cela vaut pour tous les animaux — on l’assume jusqu’au bout. En tout cas, on essaie de tout faire pour, en pensant à sa retraite qu’il faudra assumer.

Repose en paix, Icare, loin de ce monde de barbares dans lequel on évolue hélas !

En Italie, un couple trouve du travail aux chevaux en partance pour l’abattoir

Nous ne les connaissions pas mais cette initiative est racontée par le Républicain Lorrain : près de Turin, Tony Gerardi et son épouse Miky Daidone tentent de changer le destin de quelques chevaux, souvent de trait, destinés à être mangés, en les éduquant à travailler dans les champs ou auprès d’enfants…