16 h

Soit le nombre d’heures en moyenne que chaque cheval passe la tête dans l’herbe chaque jour. Pas mal, n’est-ce pas ? Cette durée varie en fonction du climat, de l’environnement social et, évidemment, des disponibilités en herbe (il faut compter 1 hectare par cheval par an, avec rotation des pâtures). En effet, selon la revue Cheval Santé, dans son numéro de février-mars 2014 (le nouveau est en kiosque), le cheval diminue le temps qu’il consacre au pâturage en cas d’intenses chaleurs, de fortes pluies ou de vent violent.

D’où la nécessité de mettre à disposition des équidés, un parc digne de ce nom. Avec de l’eau fraîche disponible à volonté (par le biais d’un abreuvoir automatique ou d’un bac que l’on prendra soin de nettoyer régulièrement). Des clôtures solides pour éviter les fuites et décourager les intrusions. Et si possible, un abri, toujours bienvenu même lorsqu’il y a des arbres et des haies où ils peuvent se mettre à l’ombre. Au sein de l’équipe Sauv’Equi, on a aussi pris l’habitude de débarrasser le pré des crottins quand ceux-ci commencent à être nombreux (voir un ancien post). Histoire d’éviter un maximum de parasites. Il va sans dire aussi qu’un cheval devant être vermifugé ne le sera pas dans son parc habituel mais dans un paddock ou au box les 72 heures nécessaires à l’expulsion des crottins infestés.

Bref, des règles de bon sens que tout propriétaire de chevaux devrait appliquer pour le bien-être de ses animaux mais aussi par souci de l’environnement. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas à écouter l’un de nos sympathisants qui a retrouvé la pâture dont il avait la charge, louée près de chez lui, dans un état déplorable. < Un spectacle désolant avec un mètre cube de fumier sous l’abri endommagé, des fils à terre, des poils sur le trottoir… > Tout le monde n’apprendrait donc pas le respect au contact du Cheval ?

Cadichon l'été

Notre adorable pot de colle Cadichon