Opération “curage des box” !

Curage_box_01

Une fois par semaine, l’équipe Sauv’Equi se donne rendez-vous pour vider les box des chevaux. Pendant que nos protégés profitent de l’air frais dans leurs paddocks, les bénévoles procèdent par étapes : d’abord, on vide le fumier et la paille sale. Puis, on gratte le sol avant de balayer le moindre recoin et saupoudrer un produit asséchant sur toute la surface. Dans l’intervalle, la litière souillée est chargée dans une remorque que l’agriculteur avec qui l’association travaille viendra chercher. Place ensuite au paillage de chaque espace et au remplissage des filets à foin. Les abreuvoirs ont, bien sûr, été nettoyés sans oublier les pierres à sel ! Encore un bon coup de balai dans toute l’écurie et les "appartements particuliers" d’Aquilas, Harachesne et leurs copains sont prêts à les accueillir à nouveau.

Un rituel incontournable effectué par chaque volontaire disponible ce jour-là, à l’ancienne, avec pelles et fourches ! Une séance souvent sportive mais toujours avec le sourire !

Curage_box_02

Curage_box_04

Curage_box_03

2016, année de l’amour et du respect ?

On le souhaite tant ! Le monde en a tellement besoin. A Sauv’Equi, les chevaux nous montrent la voie. Le Mareyeur apprécie la compagnie d’Ursulla et vice-versa, au point que le duo broute joue contre joue. Peu importe qu’il soit un cheval du refuge et que la miss fasse partie de la famille de notre présidente. Ces deux-là s’adorent et Carine veille sur eux de la même façon. Avec une constante bienveillance. L’amour ne connaît aucune frontière. Il est juste un sentiment à (largement) partager.

Voeux_2016

Depuis huit ans, Sauv’Equi s’occupe d’équidés dont personne ne veut plus et elle en est très fière ! Tous ont été abandonnés, un triste jour, parce qu’ils coûtaient trop chers, parce qu’ils prenaient de l’âge, parce que leurs "propriétaires" n’en voulaient plus. Certains ont même osé les maltraiter. La plupart du temps, ces juments et ces hongres sont passés entre plusieurs mains avant d’arriver chez nous. La faute à qui ?

Cavaliers, cavalières, monter à cheval n’est pas tout, encore faut-il être responsable ! A la hauteur de ce merveilleux animal qui nous en apprend un peu plus chaque jour sur la vie. Sur la façon de (bien) se comporter en société. De se tenir droit, et pas qu’en selle.

Alors, avant de vendre votre monture pour en acheter une plus jeune ou d’un niveau sportif supérieur comme vous changeriez de matériel, réfléchissez ! Et donnez-vous les moyens d’offrir une retraite bien méritée à votre compagne (on) !

Licenciés de centres équestres, vous aussi êtes concernés par le sort des poneys et chevaux qui vous tolèrent gentiment sur leur dos. Après avoir mis le pied à l’étrier à plusieurs générations, ces braves bêtes ne devraient jamais finir au couteau. Renseignez-vous sur le club que vous fréquentez et posez toutes les questions dérangeantes pour savoir à qui vous avez à faire !

Bref, montrez-vous digne de pratiquer l’équitation et d’avoir la chance de côtoyer un cheval.

Bonne et heureuse année, Messieurs, dames ! Beaucoup d’amour et de respect !