Claudine, elle nous présente Sauv’Equi

Claudine La voici de dos, elle est timide…

SAUV’EQUI a Ă©tĂ© crĂ©Ă© il y a un mois, ses statuts ont Ă©tĂ© officiellement dĂ©posĂ©s auprès du tribunal de Metz. NĂ©anmoins, des actions de sauvetage de chevaux avaient dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es, dans l’anonymat du fondateur de Sauv’Equi. C’Ă©tait il y a 2 ans. Depuis, de nombreuses navettes Pailly/Metz ont Ă©tĂ© faites. Les voyageurs : des chevaux rĂ©formĂ©s des courses, certains en piteux Ă©tats, d’autres moins. Tous plus attachants les uns que les autres. Tous ont bĂ©nĂ©ficiĂ© des soins des bĂ©nĂ©voles de Sauv’Equi, qui se sont dĂ©foncĂ© comme c’est pas permis pour que ces loulous aient une après vie des courses digne et confortable. Depuis, le cercle de personnes engagĂ©es dans le sauvetage des chevaux s’est agrandi. Quelques convaincus de la justesse de l’action l’ont rejoint. Notamment Bertrand qui , en proposant quelques hectares de terrain, a donnĂ© les moyens et l’infrastructure permettant de concrĂ©tiser le projet. Les chevaux se refont une santĂ© Ă  Rezonville, en Moselle, les plus valides partent Ă  l’adoption (mais que c’est dur de les voir partir …), permettant ainsi d’avoir les ressources financières nĂ©cessaires pour l’entretien de ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir trouver une famille d’adoption, mais Ă©galement pour permettre l’achat de nouveaux chevaux Ă  sauver avant que le couteau ne vienne Ă  eux.

Tout ceci n’est qu’un dĂ©but. FR3 s’est intĂ©ressĂ© au sort de ces loulous. Puis, TF1. La petite puce Providence, dont vous pouvez retracer l’histoire sur le site de Sauv’Equi, a Ă©mu bon nombre de personnes. Faut dire qu’elle est particulièrement attachante. Et tellement reconnaissante ! Avant elle, il y a eu Surfing, dans un Ă©tat tellement pitoyable qu’on lui donnait peu de chances de vivre. C’est aujourd’hui un hongre magnifique en pleine santĂ©.

Et, pour rester dans la logique et la philosophie de Sauv’Equi, nous souhaitons accueillir en prioritĂ© des enfants handicapĂ©s, et pourquoi pas des personnes âgĂ©es. Les chevaux seront ceux « Sauv’Equi », nul doute qu’ils seront heureux de pouvoir Ă  leur tour procurer du bonheur Ă  d’autres …

N’hĂ©sitez pas Ă  venir nous rejoindre dans notre action en devenant membre de notre association. Les chevaux ont besoin de vous, aidez nous Ă  leur procurer un avenir ensoleillĂ©, avenir qui s’annonce bien sombre pour eux en gĂ©nĂ©ral, malgrĂ© les immenses services qu’ils ont pu rendre Ă  leur propriĂ©taire.

Un grand merci pour Providence et pour tous les loulous que nous pourrons encore sauver grâce à vous.

“Des turfistes qui ont du cĹ“ur

VickyDans le monde des courses, il n’y pas que des turfistes qui jouent invariablement la mĂŞme combinaison de numĂ©ros soi-disant “porte-bonheur” pour remporter le tiercĂ© ou le quintĂ©. Pas que des hommes ou des femmes qui se rĂ©jouissent quand un pur-sang et son jockey chutent sur des haies comme du temps des jeux de cirque dans l’arène.

Il existe aussi de vĂ©ritables amoureux du cheval, connaissant sur le bout des doigts les lignĂ©es de ces sportifs magnifiques et les noms de tous ceux qui ont fait la gloire des hippodromes français en gagnant tel prix prestigieux de trot, de steeple ou de plat. Des personnes qui ne se contentent pas de parier au bar-PMU du coin mais se dĂ©placent au contraire pour voir de leurs yeux ces champions en pleine action sur les diffĂ©rentes pistes de l’hexagone.

Gare alors Ă  celui qui manie un peu trop la cravache, Claude THIES et les siens n’hĂ©sitent pas Ă  hausser le ton ! Si tout le monde avait ce courage, sans doute les chevaux seraient-ils bien plus respectĂ©s et auraient tous droit Ă  une retraite mĂ©ritĂ©e après avoir assurĂ© le spectacle ! Merci Ă  lui et au Club lorrain du Cheval et des Courses Hippiques (CLCCH) qu’il prĂ©side de soutenir Sauv’Equi. Vicky et les autres apprĂ©cient.

A la santé du Pressoir !

apple

Depuis que le refuge Sauv’Equi est installé à Volmerange-lès-Boulay, le conseil d’administration et les bénévoles actifs de l’association ont pu se rendre compte de la vitalité – ça tombe bien ! - du secteur associatif de cette commune du Pays de Nied.

Créé en 1991 par la volonté d’une vingtaine de copains, le Syndicat arboricole et horticole a, par exemple, monté une distillerie artisanale en rénovant une ancienne station d’épuration désaffectée. < Le maire Gérard Vécrigner fut l’instigateur, le catalyseur et le maître d’œuvre des trois activités du syndicat : la distillerie, la vigne et le jus de pomme >, souligne Patrick Tutin. Aujourd’hui, environ 600 particuliers viennent ainsi distiller leur propre récolte de mirabelles, quetsches, poires, prunes (conformément à la législation en Alsace-Moselle) pour la transformer en eau de vie – à consommer avec modération ! - ou en faire du jus de fruits avec l’aide du syndicat. Tous bénévoles, les membres de ce dernier s’occupent également de l’entretien des 200 arbres des chemins communaux et des 10 ares d’une vigne classée « Patrimoine et folklore ». < Ne pouvant pas être vendu, le vin produit est généreusement offert à la dégustation lors de réunions et fêtes >, assure notre interlocuteur.

Ce mois de septembre coïncide avec la saison de pressage au sein de l’atelier « jus de pommes ». < Quatre à cinq bénévoles permanents sont présents toute la journée pour manipuler les différentes machines : râpe, presse, centrifugeuse et pasteurisateur >, annonce Patrick Tutin. La cotisation annuelle mise à part, il est d’usage que le visiteur partage son casse-croûte avec celui qui va l’aider à fabriquer son fameux jus de fruits.

En plus de recevoir des groupes d’écoliers ou des touristes, les amis du Pressoir comme on l’appelle par ici ont aussi pris l’habitude de prêter leur local aux associations du village qui le souhaite. Sauv’Equi a déjà pu en bénéficier. Une proposition spontanée d’amis de la nature qu’elle a beaucoup appréciée.