Nous aider au quotidien

Débutants ou confirmés, quelles que soient vos compétences, nous avons besoin de vous.

La vie au refuge c’est :
- des câlins et l’Ă©change de beaucoup d’amour avec les Ă©quidĂ©s du refuge dont l’un ou l’autre vous fera peut-ĂŞtre craquer…
- la distribution de 2 à 3 repas quotidiens de foin et de compléments
- le nettoyage des stabulations, boxes et installations du refuge
- le paillage, les soins à nos pensionnaires de tous âges, les pansages complets
- les promenades Ă  la longe, de formidables moments de complicitĂ© et d’Ă©vasion de la vie quotidienne
- l’accueil d’enfants et d’adultes handicapĂ©s, avec qui partager des moments magiques et rares en compagnie de nos pensionnaires

Si vous souhaitez participer et vous engager Ă  nos cĂ´tĂ©s pour de beaux moments, quel que soit votre niveau de connaissance des chevaux, rejoignez-nous, nous serons très heureux de vous accueillir au sein de l’Ă©quipe du refuge de Sauv’Equi.

Le funambule…

funambule Sauv’Equi subsiste grâce Ă  un Ă©quilibre prĂ©caire, cet Ă©quilibre est une savante alchimie entre moyens humains, nombre de pensionnaires et moyens financiers.

Les moyens humains : c’est-Ă -dire les bĂ©nĂ©voles qui quotidiennement, donnent de leur temps pour s’occuper des chevaux, les nourrir, les soigner, les sortir, les panser. Sans cette prĂ©sence indispensable de tous les jours, il nous serait impossible de faire fonctionner le refuge correctement. Force est de constater que cette prĂ©sence rĂ©currente repose sur une petite poignĂ©e d’individus… Je n’aborde mĂŞme pas ici l’aspect administratif de la vie du refuge qui est Ă©galement un gros consommateur de temps. Les journĂ©es de notre refuge dĂ©butent Ă  08h30 et se terminent vers 20h00, durant ces journĂ©es en plus des chevaux il y a deux fois par semaine l’accueil des groupes extĂ©rieurs avec lesquels nous avons des accords (adultes et enfants handicapĂ©s etc…). Toutes ces activitĂ©s nĂ©cessitent « des bras » alors si vous souhaitez vous investir dans un projet ambitieux, au service de la cause animal et du handicap, n’hĂ©sitez plus, rejoignez-nous.

Nos pensionnaires : le nombre de pensionnaires conditionne les moyens humains Ă  mettre en Ĺ“uvre pour leur apporter le confort nĂ©cessaire. Il est comprĂ©hensible que plus nous aurons de pensionnaires, plus les bĂ©nĂ©voles devront donner de leur temps, Ă  moins que davantage de gens nous rejoignent pour nous aider. Pour l’heure, nous atteignons clairement notre niveau maximum d’occupation. Nos installations ne nous permettent pas d’accueillir plus de chevaux.

Les moyens financiers : le financement du refuge demeure dĂ©licat, une des sources rĂ©currentes est conditionnĂ©e aux parrainages. Le parrainage permet Ă  l’Association de percevoir mensuellement la somme de 100 EUR pour un cheval et 50 EUR pour un poney ou un âne du refuge. Le parrainage ne confère aucun droit de propriĂ©tĂ© au parrain ou Ă  la marraine sur l’animal, ce-dernier demeure la propriĂ©tĂ© de Sauv’Equi, en revanche cela permet de nouer un lien privilĂ©giĂ© entre cette personne et l’un de nos pensionnaires. Cette formule ouvre droit Ă  DĂ©duction fiscale en raison de notre Reconnaissance d’IntĂ©rĂŞt GĂ©nĂ©ral, cet aspect est valable aussi pour les entreprises (don ou mĂ©cĂ©nat). Les autres sources de revenus sont liĂ©es aux dons et cotisations des adhĂ©rents, d’ailleurs Ă  ce jour seul la moitiĂ© des adhĂ©rents ont renouvelĂ©s leurs cotisations 2008…
Depuis son ouverture, le refuge nécessite en moyenne 5 000 EUR par mois pour assurer son fonctionnement or à ce jour seul la moitié de nos pensionnaires sont parrainés.
Le funambule (Sauv’Equi) est sans cesse Ă  la recherche de l’Ă©quilibre permettant de marcher sur le fil au dessus du vide avec la farouche volontĂ© de ne pas dĂ©cevoir son public (NOS CHEVAUX).
Si vous pouvez nous venir en aide, que ce soit par du temps consacré ou des dons, alors soyez-en remerciés car nous en avons cruellement besoin.

« Ma petite entreprise »

petite entrepriseComme le chante Bashung « Ma petite entreprise ne connaĂ®t pas la crise ». Sauv’Equi tout comme une petite entreprise ne doit pas connaĂ®tre la crise, elle doit ĂŞtre gĂ©rĂ©e, managĂ©e comme une entreprise, avec sa logistique, son personnel (bĂ©nĂ©vole), ses moyens humains et matĂ©riels tournĂ©s vers un seul et unique objectif, le sauvetage d’Ă©quidĂ©s.
Dit comme ça, tout paraĂ®t simple et pourtant… Sans la mobilisation des bĂ©nĂ©voles vouĂ©s Ă  la cause, sans les dons, sans l’aide de Bertrand qui investit beaucoup sur ce projet, sans le soutien des vĂ©tos, des marĂ©chaux et j’en oublie (qu’ils m’excusent) notre beau rĂŞve du pays des chevaux heureux prendrait vite l’eau. D’ailleurs ces derniers jours (mĂ©tĂ©o oblige) notre pays prend l’eau…

Blague Ă  part, vous qui lisez ces lignes, que vous soyez simple internaute de passage, accroc de ces pages, membre de Sauv’Equi ou « simple » soutien vous devez prendre la mesure de la tâche au quotidien.
Rassurez-vous, nous ne sommes pas Ă  plaindre au contraire, la vie Ă  Rezonville est lĂ©gère, agrĂ©able, enrichissante, pleine de surprise, hors du temps. Mais chaque jour nos pensionnaires ont des besoins auxquels nous devons rĂ©pondre, soins, pansage, nettoyage des installations, vĂ©rification du matĂ©riel, promener Ă  la longe ceux qui ne peuvent plus ĂŞtre montĂ©s, entretien des parcs, des clĂ´tures etc… bref si les journĂ©es pouvaient faire un plus de 24h ce serait bien.

Toutes ces tâches sont effectuĂ©es au quotidien avec le sourire par des bĂ©nĂ©voles soucieux de l’Ă©tat de santĂ© de nos quarante pensionnaires. Il faut bien admettre qu’humainement, matĂ©riellement et financièrement nous atteignons nos limites ; dĂ©jĂ  diront certains ? Eh oui plutĂ´t que d’aller dans le mur, il faut bien admettre qu’après quelques mois d’existence (je le rappelle) c’est dĂ©jĂ  pas mal ; et mieux vaut garantir le confort, la sĂ©curitĂ© et un suivi de qualitĂ© Ă  nos chevaux que de les mettre en danger par des choix irraisonnĂ©s en voulant sauver la terre entière.

Nous serons sans nul doute apte Ă  faire davantage l’annĂ©e prochaine, avec plus de moyens financiers si nous parvenons Ă  obtenir les aides nĂ©cessaires de futurs soutiens privĂ©s, je pense Ă  l’aide de grandes entreprises mais pas seulement. D’ors et dĂ©jĂ  et pour Ă©viter que le noyau dur ne fatigue, nous avons besoin de bras, de bonnes volontĂ©s, toutes les compĂ©tences sont nĂ©cessaires mĂŞme les plus inattendues vous pouvez me croire…

Une Association comme la notre ne peut survivre qu’au travers de ces membres actifs. Bien sĂ»r comme dans tous les groupes, il y a des caractères forts, mais le plus bel exemple en la matière et c’est en cela que notre refuge est magique vient de nos pensionnaires. Qui aurait cru possible de mĂ©langer et de faire cohabiter ensemble nos tĂŞtes de cochons, nos terreurs des box n’est-ce pas JubĂ©ron ? Diable ? GiroflĂ©e ? Mais franchement avez-vous vu ça ailleurs, des chevaux en libertĂ© comme des chiens-chiens Ă  sa MĂ©mère pendant que vous ĂŞtes occupĂ© ailleurs ? Je vous le rĂ©pète ce lieu est magique, alors mobilisez-vous pour qu’il le demeure, ça dĂ©pend de nous tous, de notre engagement et de notre dĂ©termination. Nous devons faire abstraction de nos repères traditionnels, oublier notre ego, enfuir nos Ă©tats d’âme et nous concentrer sur le seul objectif qui vaille… NOS CHEVAUX. Vous ĂŞtes encore lĂ  Ă  lire ces quelques lignes ? MĂ©fiez-vous, c’est que vous ĂŞtes presque mĂ»r pour venir nous rencontrer Ă  Rezonville !
Longue vie Ă  Sauv’Equi.