Le Vosgien d’adoption !

Bonjour Ă  tous ! C’est moi, Chaman !Chaman

Vous vous souvenez de moi ? Je n’en doute pas, il paraĂ®t que vous apprĂ©ciez beaucoup mon doux caractère et que j’ai laissĂ© d’agrĂ©ables souvenirs Ă  mon dĂ©part.

Mon dĂ©part, parlons-en. Figurez-vous que celui-ci n’Ă©tait pas du tout programmĂ© ! Ce fut donc un peu une surprise pour moi, une surprise que m’a amenĂ©e dans les Vosges entre Remiremont et GĂ©rardmer.

Christophe - qui connaissait dĂ©jĂ  les lieux - m’avait dit que c’Ă©tait un endroit vraiment sympa et qu’une amie m’y attendait. Il avait raison : Divine II (une demi-sang arabe de 19 ans) est une jeune retraitĂ©e avec qui je m’entends très bien et avec elle, ça dĂ©mĂ©nage ! Son dynamisme est communicatif. Du coup, de temps en temps, on tape un “p’tit galop” rien que tous les deux dans notre grand prĂ© ! Et ce n’est pas tout : nous faisons souvent des promenades, il y en a plein autour de mon nouveau chez-moi. Cet Ă©tĂ©, par exemple, nous sommes partis faire un petit tour : Divine avec son cavalier sur le dos et moi tranquillement menĂ© en longe. Nous sommes allĂ©s jusqu’au torrent “La Cleurie“. C’Ă©tait beau ! Après une pause bien mĂ©ritĂ©e, nous avons pris le chemin du retour. J’en ai profitĂ© pour taquiner mon meneur… j’ai trottĂ© ! Lui Ă©tait essoufflĂ© et pas moi !

Et puis, il y a quelqu’un dont il faut que je vous parle : Martine. C’est elle qui m’a adoptĂ©. Martine, elle craque pour moi et elle se met vraiment en quatre - voire cinq ! - pour me faire plaisir et prendre soin de moi. J’ai toujours ma ration de Muesli et du foin, mais en plus elle me prĂ©pare de l’orge germĂ© et des carottes ou des pommes râpĂ©es (si, si…! parce ce que je ne les aime pas quand elles sont entières) pour la pause gourmande ! J’ai pris un peu de poids du coup ! Et Martine, je l’aime bien moi, alors je lui fais des câlins. Ça l’a Ă©tonnĂ© au dĂ©but ! Comme Martine est une vraie maman pour Divine et moi, elle fait mĂŞme construire une supère Ă©curie pour nous. On sera bien cet hiver comme ça : la neige sera sur le toit pas sur notre dos. Dans ces conditions, je recommande Ă  tous la retraite !

Encore, un dernier mot : je n’oublie pas les bĂ©nĂ©voles de Sauv’Equi qui m’ont aidĂ©s jusqu’ici. C’est grâce Ă  eux que je profite de cette nouvelle vie et je les en remercie sincèrement.

Divine m’attend, alors je file ! Au revoir et Ă  bientĂ´t !

Les aléas de l’adoption !

Adopter un animal est une démarche compliquée à plusieurs titres et dont la réussite relève d’une alchimie très complexe, il faut retourner cent fois de nombreuses questions dans sa tête. Parmi ces questions, se posent celles liées à ses propres limites, “suis-je capable d’assumer financièrement l’animal, suis-je capable de lui apporter les soins nécessaires, est-ce que je vais être capable de capter les signaux d’alertes en cas de maladie etc…”.Chaman

Ensuite viennent les questions liées à l’environnement, “mes installations correspondent-elles aux besoins de l’animal, l’abri est-il suffisamment solide et protecteur, l’eau, les clôtures, etc…”.

Dernier point non négligeable dont il faut tenir compte, au cas où il serait amené à partager l’espace avec d’autres équidés, “comment va se faire l’intégration au sein du groupe existant” ? Sauv’Equi est également là pour vous aider à répondre à toutes ces questions, vous épauler, vous conseiller afin de réaliser la meilleure adoption possible. Notre priorité demeure le bien-être de nos pensionnaires et ce y compris après l’adoption.

C’est dans ce cadre que nous venons d’aider notre toute jeune famille adoptive “Vosgienne” (qui avait rĂ©pondu Ă  toutes ces questions) et qui vient d’accueillir Axia au moi de juin. Alors que tout semblait se dĂ©rouler pour le mieux, les relations entre les deux juments se sont dĂ©gradĂ©es, Axia a commencĂ© Ă  s’en prendre violemment Ă  sa compagne de parc, la bottant Ă  plusieurs reprises, lui occasionnant de gros hĂ©matomes (il semble que l’élĂ©ment dĂ©clencheur soit liĂ© aux chaleurs rĂ©centes de sa compagne de parc).

Force est de constater que nous nous sommes trompés, il fallait trouver une solution au plus vite. Notre famille adoptive souhaitait trouver une solution qui permette de maintenir dans ses installations, un pensionnaire Sauv’Equi capable de tenir compagnie à sa jument. Après réflexion, il a été décidé de faire partager la vie de cette jument à notre bon Chaman, hongre gentil et extrêmement sociable qui selon nous était le candidat idéal répondant le mieux aux exigences “du poste”.

Hier, Chaman a donc fait le voyage en direction de la ligne bleue des Vosges pour découvrir sa nouvelle maison, sa nouvelle famille et nouvelle compagne. Quant à Axia, elle a fait le voyage inverse pour retrouver les installations du refuge. C’est le cœur gros que notre famille d’accueil a vu partir Axia après un mois de vie commune, mais nul doute qu’elle succombera rapidement aux charmes de notre bon Chaman auquel de nombreux bénévoles demeurent très attachés.

La ligne bleue des Vosges

Axia notre belle Islandaise, vient de quitter le refuge, pensionnaire de Sauv’Equi depuis ses débuts elle vient de trouver une famille adoptive dans les Vosges.

Non seulement elle a trouvé une famille sympathique, aimante et soucieuse du bien-être animal mais en plus elle y trouve une copine de parc, âgée de 19 ans et venue sur ces crêtes Vosgienne jouir d’une retraite méritée après de nombreuses années de Trek.

Après deux bonnes heures de route, nous atteignons ce lieu dit à quelques encablures de Gérardmer, sur une crête magnifique, bénéficiant d’un panorama splendide.

Une fois les présentations faites entre les deux équidés, chacune jauge l’autre sans aucune agressivité et très vite, Axia prend possession de son nouvel espace.

Nul doute que ces deux là vont couler des jours heureux dans ce cadre idyllique…