Aidez-nous !

Sergueï Je m’appelle Sergueï. Agé de bientôt quatre ans, je suis pensionnaire du refuge Sauv’Equi depuis maintenant deux ans et demi. Je n’ai pas bien compris pourquoi je suis arrivé là, sans doute en raison de ma hanche abîmée et de mon pied-bot qui m’empêchait de faire les mêmes cabrioles que mes copains. Mes propriétaires ont donc préféré me confier aux bénévoles de l’Association. Maintenant que je suis grand, j’ai compris que j’ai eu beaucoup de chance d’arriver ici ; l’autre camion sentait la mort…

Comble de malchance, en arrivant fin 2007 chez Sauv’Equi, - sûrement mon côté déménageur sympa de poulain boiteux à la découverte de mes limites -, il a fallu que je me blesse sur cette foutu hanche. Résultat : quelques semaines de soins à l’Université Vétérinaire de Liège. Là encore j’ai eu du nez, j’ai été chouchouté par les étudiants qui m’ont remis à neuf ; aujourd’hui, grâce à eux, je ne boîte plus.

Petit problème dans ce scénario idyllique, je suis toujours entier ou plutôt devrais-je dire à demi-entier car là aussi j’aime les complications. Une castration aurait été trop simple… Il se trouve que ma castration doit se faire en clinique. Et oui, l’un de mes deux testicules est resté dans l’abdomen et nécessite une technique chirurgicale particulière qui doit être pratiquée par un spécialiste. Eh oh, on rigole pas avec ça, d’autant qu’il semble que tous mes copains et copines de Sauv’Equi commencent à se plaindre de mon côté «entreprenant» alors si c’est le prix à payer pour rester avec eux cet été au parc je suis prêt à perdre quelques accessoires !

Du coup, les bénévoles ont pris contact avec l’Université Vétérinaire de Liège pour mon opération courant mai. J’ai pas tout bien compris parce qu’ils en parlent tout doucement devant moi, par pudeur sans doute. Je sais juste qu’ils sont embêtés financièrement… J’ai compris que les frais d’hospitalisation allaient leur coûter de 600 à 1 000 euros suivant la technique retenue et que les comptes de l’Association sont déjà dans le rouge. Du coup, sympathisants où visiteurs occasionnels de ce site je fais appel à vous ! Si vous pouviez les aider un peu en adressant d’urgence vos dons au Siège de l’Association, ça serait vraiment sympa de votre part.

Merci pour votre soutien.

“Sergueï” je suis de retour…

J’ai longuement hésité avant de reprendre la plume, il m’a fallu le temps de digérer ce « changement » de personnalité…Sergueï

J’ai beau avoir donné mon accord et même solliciter votre soutien pour permettre mon hospitalisation, mais quelque part, au plus profond de moi-même, je vous en ai voulu. Ce long silence après mon retour de Liège m’aura permis de prendre la mesure de ce que je vous dois réellement.

Je vis, je REVIS en lettres majuscules et en technicolor, grâce à vous tous, qui avez permis de financer cette intervention. Grâce à votre mobilisation, je suis aujourd’hui au milieu de mes potes dans un parc bien vert, ombragé, avec de beaux arbres, un ruisseau qui coule paisiblement en lisière d’une belle forêt où d’autres animaux que je ne connaissais pas viennent aussi s’abreuver, un vrai coin de paradis, comme j’en rêvais depuis des mois au fond de mon box.

Comble de bonheur, non seulement ce voyage aura permis d’accomplir cette intervention brillamment mais en plus ils ont réalisé un bilan complet de mes capacités motrices  pour s’assurer des suites de leur intervention de 2008, le rapport de ce bilan est très positif, malgré mes petits soucis de hanche de l’époque (en arrivant chez “Sauv’Equi”), aujourd’hui je suis jugé apte au travail, en clair, je suis autorisé à devenir le compagnon d’un cavalier, alors promis, juré craché, pour vous remercier et faire honneur à “Sauv’Equi”, je ferai tous les efforts nécessaires pour devenir un bon compagnon et satisfaire pleinement celui ou celle qui me choisira. J’ai des arguments, je suis jeune, grand, beau et j’ai du charme, de la prestance, alors venez me rencontrer et qui sait, peut-être aurons-nous le coup de foudre l’un pour l’autre…

Merci pour cette nouvelle vie que vous m’avez offerte et longue vie à “Sauv’Equi”.

La bouche grande ouverte

IMG_1265

Chaque année, ils y ont droit. Visite chez le dentiste obligatoire. Enfin, c’est plutôt le spécialiste qui se déplace à eux pour une question évidente de transport ! En cet été 2011, Jean-Claude Masse a inspecté les dentitions de chacun des seize équidés de Sauv’Equi. Ce membre de l’Association européenne de dentistes équins n’avait pas oublié que certains étaient plus délicats que d’autres… Ah, la trouille du dentiste ! Sans parler que garder la bouche ouverte quelques minutes en ne bougeant pas n’est pas du goût de tout le monde !

AssistĂ© de Carine, CĂ©cile, Christelle ou encore de StĂ©phanie qui lui ont prĂ©sentĂ© ses patients du jour, le professionnel venu de l’Yonne a pris tout son temps pour dĂ©tecter une quelconque anomalie. Tiens, une dent de loup (persistance d’une prĂ©molaire de lait) chez miss Ursulla et lĂ , une dent de cochon dans la dentition du bas de ce cher Ferdinand ! Le dentiste Ă©quin a limĂ© quand cela Ă©tait nĂ©cessaire, voire arrachĂ© quand il Ă©tait judicieux de le faire, rĂ©pondant aux questions de Serge et des uns et des autres dĂ©sireux de comprendre chaque dĂ©marche.

La bonne santé des dents chez un âne, un poney ou un cheval, c’est important, si l’on veut que la bonne herbe, l’orge ou les granulés profitent à chacun et que l’équidé se sente bien au quotidien !