Mission “prévention maltraitance”.

Chaque jour se fait malheureusement messager de faits divers plus épouvantables les uns des autres relevés dans les quotidiens et magazines : ici un cheval en permanence à l’attache dans un espace restreint, là des ânes laissés à l’abandon dans un parc, sans eau ni nourriture, ici encore un poney infesté de vermine et dont les pieds n’ont pas vu un maréchal ferrant depuis des lustres, les exemples ne manquent pas.

Sauv’Equi est rĂ©gulièrement sollicitĂ© pour prendre en charge des signalements effectuĂ©s par des promeneurs, passants ou voisins attentifs qui s’inquiètent de l’état de dĂ©gradation d’animaux. Mais avant toute dĂ©claration auprès de la Direction DĂ©partementale de la Protection des Populations (ex Direction des Services VĂ©tĂ©rinaires) une action amiable est toujours prĂ©alablement engagĂ©e. Cette dernière consiste Ă  prendre contact avec le propriĂ©taire du ou des Ă©quidĂ©s en cause, afin de l’interpeller sur l’urgence des soins Ă  prodiguer. Car parfois, il s’agit de maltraitance par ignorance ou nĂ©gligence, et une simple  visite sur place, des explications et des conseils suffisent Ă  faire prendre conscience au propriĂ©taire qu’un Ă©quidĂ© demande un minimum de soins pour le garder en Ă©tat, et donc Ă©quilibrĂ© et heureux de vivre.

Si malheureusement, et c’est souvent le cas, le propriétaire reste hermétique à toute tentative amiable, une procédure officielle par l’intermédiaire des forces de l’ordre, de la D.D.P.P., et d’une autorité locale (le maire bien souvent) est initiée. Une plainte est déposée pour acte de cruauté et/ou maltraitance envers les équidés. Et c’est là un long combat juridique qui s’engage ! Rappelons simplement les termes de l’article L 214-3 du code rural spécifiant “l’interdiction d’infliger des mauvais traitement aux animaux”.

HĂ©las pour nos amis les animaux,  les signalements n’aboutissent  pas toujours, faute de n’avoir pu ĂŞtre pris en charge rapidement par les pouvoirs publics.

Avant d’en arriver Ă  de pareilles extrĂ©mitĂ©s, il convient de faire simplement preuve d’un peu de bon sens, d’acquĂ©rir un minimum de connaissances Ă©quines et de prĂ©voir le   budget qui permettra  de faire voir rĂ©gulièrement l’animal au vĂ©tĂ©rinaire et au marĂ©chal ferrant, de lui proposer une infrastructure correcte (parc et box). Sans oublier les visites rĂ©gulières au compagnon qui aura Ă©tĂ© choisi.

Car, il est important de le rappeler en cette période de Noël, un poney n’est pas une peluche, et un cheval ne vit pas dans 100 m2 de verdure… ! Avant tout achat, il convient de s’assurer que l’on aura les moyens d’offrir une vie décente à son animal. C’est ça aussi, l’aimer.

Sauv’Equi est particulièrement attentif aux conditions d’accueil des équidés placés à l’adoption par ses soins. Car la prévention commence par là !

                 harachesne-oct 2007

Sauv Equi 090

Harachesne  Ă  son arrivĂ©e chez Sauv-Equi fin 2007

Harachesne aujourd’hui

Aidez-nous Ă  sauver Ourasi !

 

IMG_9128

Chers internautes, vous le savez, Sauv’Equi prend chaque jour soin de ses équidés, sauvés de l’abandon et de la maltraitance. Basée en Lorraine, reconnue d’intérêt général, notre association fonctionne, depuis sept ans, grâce aux adhésions, dons et parrainages, sans oublier les actions qu’elle organise (portes-ouvertes, soirées) pour assurer gîte, couvert et bien-être à ses protégés.

 

Ses quelques fidèles bénévoles ont l’habitude de se débrouiller sans solliciter systématiquement de soutiens extérieurs. Aujourd’hui, le conseil d’administration de Sauv’Equi vous demande néanmoins votre aide pour sauver Ourasi. Notre adorable poney a eu la chance d’être adopté voilà un mois et demi par une famille soucieuse de prendre notre relais et de lui donner tout son amour. Hélas, il y a quelques jours, Ourasi s’est mis à saigner des naseaux. Le verdict de l’un de nos vétérinaires, qui est également celui d’Aurélie, sa nouvelle propriétaire, est tombé : Ourasi, âgé d’à peine 9 ans et jusqu’à présent en parfaite santé, souffre d’une mycose des poches gutturales. Une pathologie extrêmement grave qui peut toucher tout équidé en France et à l’étranger, peu importe son état, son âge, sa race. Cette affection, qui ne présente aucun signe avant-coureur, est due à un champignon présent dans l’environnement ; ce dernier se met alors à « ronger » la carotide de l’animal, provoquant la mort par hémorragie.

Une première intervention en urgence a été réussie par notre vétérinaire pour pouvoir faire opérer le poney. A moins d’un miracle, il faut, en effet, qu’un chirurgien spécialisé puisse se pencher sur son cas en clinique ; celle de Lyon est l’une des rares à le faire et la plus proche de la Moselle. Les frais de cette opération sont estimés entre 5 et 6 000 euros pour sept jours d’hospitalisation. Restée co-propriétaire à 25% du poney (comme à chaque adoption pour garder un lien avec ses anciens pensionnaires), Sauv’Equi souhaite aider, à titre exceptionnel, Aurélie à réunir cette somme conséquente, sans quoi Ourasi n’a aucune chance de survie. Sollicitée, la fondation Brigitte-Bardot a ouvert un dossier pour tenter de nous venir en aide. Nous avons néanmoins besoin de vous pour collecter le complément.

IMG_8380

Si le cœur vous en dit, vous pouvez envoyer vos dons (déductibles des impôts à hauteur de 66% pour les particuliers et de 60% pour les entreprises) à notre siège social (Sauv’Equi, 20 rue du Nord 57050 Le Ban-Saint-Martin) ou par virement (http://sauv-equi.fr/faireDon.php ), en précisant à chaque fois que c’est pour Ourasi. Sauv’Equi n’a pas pour habitude de faire appel à la générosité des internautes mais, dans ce cas particulier, l’association n’a pas le choix si elle veut tenter de rassembler l’argent nécessaire sans mettre en péril tous ses autres protégés qui n’ont qu’elle pour veiller sur eux.

Le moindre geste de votre part est utile pour sauver Ourasi. Merci pour lui !

N’hésitez pas à visiter notre page et à partager : https://www.facebook.com/SauvEqui.Officiel

L’opération d’Ourasi a réussi !

On a attendu les résultats de la dernière endoscopie de contrôle pour vous donner des nouvelles : l’opération pour sauver Ourasi, qui souffrait d’une mycose des poches gutturales, est un succès !

IMG_8380

Souvenez-vous, le 14 août dernier, Sauv’Equi lançait un appel aux dons, à titre exceptionnel, pour aider Aurélie, sa nouvelle propriétaire, à pouvoir le faire opérer à Lyon par un chirurgien spécialisé. Adopté quelques semaines auparavant, Ourasi, en parfait état de santé jusque-là, s’était mis, soudain, à saigner des naseaux. Un signe précurseur de cette grave pathologie pouvant être fatale.

Pour ceux qui l’ignorent, - comme nous jusqu’à ce triste Ă©pisode -, les poches gutturales sont une particularitĂ© anatomique du cheval et d’autres mammifères. Leur rĂ´le serait « de refroidir le sang artĂ©riel provenant du coeur et en direction du cerveau, un mĂ©canisme particulièrement utile chez le cheval lors d’exercice intense » (source magazine Cheval SantĂ©). SituĂ©es de part et d’autre de la gorge, ces deux poches s’avèrent donc bien pratiques notamment chez les chevaux de course. Sauf quand un champignon se met Ă  s’y dĂ©velopper sans qu’on ne sache pourquoi…

Aujourd’hui, Sauv’Equi tient donc à adresser un grand merci :

- à tous les donateurs, qui ont permis de rassembler la somme de 745 euros. Un geste qu’on apprécie beaucoup

- à la Fondation Brigitte-Bardot. Sollicitée par Aurélie sur les bons conseils de notre présidente, elle a accepté de prendre en charge la facture reçue par Aurélie et s’élevant finalement à 4 350,92 euros. Une somme dont il faut, bien sûr, déduire les 745 euros. Merci à cette grande association pour son indéfectible soutien

- au Dr Jean-Christophe Meunier qui a su tout de suite poser le bon diagnostic. Après une première endoscopie, notre vétérinaire (qui est également celui d’Aurélie) a pu suturer l’artère carotide d’Ourasi pour arrêter les saignements et stabiliser son état pour lui permettre de partir se faire opérer à Lyon. Merci aussi, Docteur, de nous avoir tenu informés de toute la procédure !

- à la clinique vétérinaire équine de Lyon, au Professeur qui a sauvé Ourasi et à toute l’équipe de professionnels qui a pris soin de lui pendant plus d’une semaine

- à Aurélie Verger, qui pratique la communication intuitive animale, pour ses encouragements à distance et sa sollicitude.

Sauv’Equi salue aussi le courage et la ténacité d’Ourasi face à ce coup du sort. On lui souhaite une belle et longue vie. Puisse-t-il désormais s’épanouir auprès de sa nouvelle famille qui, on l’espère, veillera toujours sur lui !