Quatre petits reporters à Sauv’Equi !

Ils s’appellent Chloé, Hénia, Marie et Souren. Agés de 11 à 12 ans, ils font partie du Rap’porteur, le journal de la ludothèque Beausoleil de Sarreguemines. Leur objectif : enquêter sur le terrain et délivrer des infos avec leur propre tempo à d’autres jeunes ! Le 31 mai dernier, Sauv’Equi a eu droit à toute leur attention.

Petits_reporters_01

C’est Bettina, la présidente de Giroflée qui leur a soufflé l’idée. Avec l’aide de Julia, Valérie, Nadine, Micheline et d’autres dames de cœur, cette association est la fidèle marraine d’Hara d’Or, notre doyenne. Depuis plusieurs années, elle verse chaque mois 100 euros à Sauv’Equi pour participer à l’entretien de la jument de 29 ans. En hommage à la regrettée Giroflée, jolie ardennaise sauvée de l’abattoir et pour laquelle la structure éponyme s’était créée en 2002.

Petits_reporters_02

Anne-Claire, responsable du Rap’porteur, et Jean-François, le photographe, avaient au préalable fait travailler les petits reporters sur le sujet des chevaux abandonnés et maltraités tout en les sensibilisant à la prise de vues. Pas facile, en effet, de prendre des clichés d’animaux en mouvement dans leur parc, n’est-ce pas les enfants ? Reste qu’Axia, Aquilas et les autres se sont volontiers laissés caresser par les visiteurs du jour.

« Pour s’occuper de chevaux abandonnés,
il faut du temps et beaucoup d’amour »

Souren a d’abord été surpris par le dos très ensellé - c’est-à-dire creusé - d’Hara d’Or. « Elle me fait peine. Elle a dû beaucoup souffrir », analyse le gamin en approchant la pur-sang anglais sauvée par Sauv’Equi voilà une dizaine d’années alors qu’elle était dans un état de maigreur extrême et en danger de mort avec sa sœur Harachesne. « Aujourd’hui, elle a repris des kilos et va beaucoup mieux même si elle a toujours de l’arthrose qu’on essaie de soulager au mieux », le rassurent les administratrices de Sauv’Equi. Souren sourit mais reste néanmoins inquiet quant au comportement de certains propriétaires d’équidés : « Comment peut-on faire ça à un cheval ?! », s’interroge-t-il. Hénia se fait la porte-parole du groupe : « Nous, on est tous contre la maltraitance ! ». Chloé complète le propos : « Les animaux sont comme les personnes. Ils ont besoin de soins et d’affection ».

Petits_reporters_03

Une question les taraude toutefois : « Comment voit-on qu’un cheval souffre ? ». Julia, la trésorière de Sauv’Equi, a sans doute la réponse : « Dans son regard ». Apprenant qu’on est tous bénévoles et que Carine, notre présidente, gère tous les jours le refuge en plus de son travail, la joyeuse troupe ne met pas longtemps à conclure : « Pour s’occuper de chevaux abandonnés, il faut du temps et beaucoup d’amour ! » Donner de soi, oui !

Petits_reporters_04

Une équipe du quotidien régional Le Républicain Lorrain est venue couvrir l’événement ! L’article est à consulter ici.

Aidez Sauv’Equi en parrainant l’un de nos protégés comme le fait l’association Giroflée ! Notre structure a toujours besoin de marraines et parrains pour prendre soin d’eux au quotidien (sommes déductibles des impôts) : cliquez ici.

Sauv’Equi dans Le Rap’Porteur : merci, les enfants !

En ouvrant dernièrement la boĂ®te aux lettres, Carine a pu souffler : cette fois, ce n’Ă©tait pas des factures qui attendaient la prĂ©sidente de Sauv’Equi mais le dernier numĂ©ro du Rap’Porteur, le journal des jeunes de Sarreguemines et environs avec une photo d’Axia en Une ! Une heureuse surprise. Après le reportage d’HĂ©nia, Marie, Sourène et ChloĂ© rĂ©alisĂ© au printemps (lire le post du 12/06/2017), le numĂ©ro 37 de la publication dirigĂ©e par la ludothèque Beausoleil de Sarreguemines est paru en octobre. Et il fait la part belle Ă  Sauv’Equi avec deux pages consacrĂ©es Ă  notre association ; vraiment sympa !Le_RapPorteur_1710_02

Le_RapPorteur_1710_01

Le titre, dĂ©jĂ , est gĂ©nial : "Sauve qui ? Sauv’Equi !". Comme pour mieux souligner notre raison première, le sauvetage d’Ă©quidĂ©s en danger, et ce qui nous anime toujours aujourd’hui après dix ans d’existence : offrir la meilleure vie possible Ă  nos protĂ©gĂ©s.

Julia n’a pas manquĂ© de lire Ă  Surfing le numĂ©ro 37 du Rap’Porteur et notamment l’interview des administratrices de Sauv’Equi
(Ă  voir dans la rubrique
"
revue de presse").

Venus au refuge Ă  l’initiative de l’association GiroflĂ©e, fidèle marraine d’Hara d’Or, les quatre reporters en herbe avaient notamment questionnĂ© Carine et Julia, la trĂ©sorière de Sauv’Equi, qui les avaient emmenĂ©s Ă  la rencontre des chevaux. Dans l’interview rĂ©alisĂ©e avec le concours d’Anne-Claire, la responsable du Rap’porteur, et les clichĂ©s publiĂ©s, effectuĂ©s en suivant les conseils de Jean-François, le photographe, on retrouve tout l’intĂ©rĂŞt pour les animaux et la spontanĂ©itĂ© de ces enfants âgĂ©s d’une douzaine d’annĂ©es. Par exemple : "A la retraite, quel est l’aliment des chevaux ?" Et la rĂ©ponse de Sauv’Equi retranscrite fidèlement : "De l’herbe, du foin, des complĂ©ments alimentaires spĂ©ciaux". Ou encore "Comment faĂ®tes-vous pour vous souvenir des noms des chevaux ?" et le "secret" dĂ©voilĂ© : "Quand tu aimes le cheval, tu te souviens des noms". Puisse d’autres, comme HĂ©nia, Sourène, Marie, ChloĂ© et nous, aimer les chevaux, les ânes et les poneys et surtout les respecter !