Affaire de Lommerange : interdit de détenir des chevaux à vie

Nous vous avions tenu au courant de cette affaire sordide : à Lommerange, village des environs de Hayange, en Moselle, plusieurs chevaux dans un état déplorable avaient été retirés à leur propriétaire en août 2013 suite à l’action de la Société Protectrice des Animaux (voir notamment le post du 3 novembre dernier et les articles de presse qui l’accompagnent). Le 14 novembre, la justice a condamné le prévenu à une peine de prison avec sursis, plus une amende, et surtout lui a retiré de façon définitive le droit de posséder des chevaux (lire l’article du Républicain Lorrain).

En espérant que ces équidés connaissent aujourd’hui des jours meilleurs auprès de personnes dignes d’en prendre soin !

Trafic de viande de cheval : la justice traque les têtes de réseau

Comme vous pourrez le lire dans les deux articles, ici et ici, parus dans le Républicain Lorrain, l’enquête sur le trafic de viande de cheval progresse. Cette effroyable affaire avait été dévoilée par les médias en 2013, ne cessant de prendre de l’ampleur au fil des investigations menées aux Pays-Bas, en France, en Belgique, en Allemagne, en Irlande, au Luxembourg et en Grande-Bretagne (lire les post des 8/02/2013, 14/02/2013, 11/03/2013, 27/03/2013, 7/07/2013, 4/08/2013, 6/10/2013, 10/12/2013, 15/04/2014, 22/02/2015 et 28/04/2015). Des milliers de chevaux impropres à la consommation humaine, dont certains originaires de Lorraine, avaient été abattus et introduits frauduleusement dans la chaîne alimentaire légale… Selon l’agence européenne de coordination judiciaire Eurojust, plusieurs interpellations, dont celle d’un vétérinaire meusien, ont eu lieu ces derniers mois. Outre le scandale sanitaire, cette vaste escroquerie, ne l’oublions pas, a conduit à la mort des animaux qui auraient mérité une belle retraite…