Quand on n’a pas les finances, on a les idées !

VoilĂ  deux ans, grâce Ă  la gĂ©nĂ©rositĂ© d’une adhĂ©rente — elle se reconnaĂ®tra ! — Sauv’Equi avait pu investir dans du matĂ©riel pour ses chevaux en achetant deux cloches Ă  foin.  Deux gĂ©antes vertes sous lesquelles on peut disposer du fourrage sans crainte que la pluie ne l’abĂ®me. Pas de risque non plus d’y retrouver des crottins malvenus ! Bref, l’Ă©quipement idĂ©al en pleine saison de parc, mieux que le râtelier, pas exempt de danger…

Cloche_foin_01

Reste que ces cloches, aussi belles et pratiques soient-elles, ne possèdent pas de fond. « Les modèles qui en avaient Ă©taient trop chers pour nos finances », rappelle Carine, la prĂ©sidente de Sauv’Equi. Chaque jour au refuge, elle s’active pour nos protĂ©gĂ©s tout en rĂ©flĂ©chissant Ă  comment amĂ©liorer leurs conditions de vie (dĂ©jĂ  optimales malgrĂ© nos faibles  moyens, pour notre plus grande fiertĂ©, il faut le reconnaĂ®tre). RĂ©sultat : elle a demandĂ© Ă  Jordan de concevoir un sol digne de ce nom.

Cloche_foin_02 

Notre bricoleur a Ă©videmment acceptĂ© la mission. Et de travailler sur la question tout en rĂ©unissant le matĂ©riel nĂ©cessaire avant de passer Ă  l’action. Avec la minutie qui le caractĂ©rise, il a rĂ©ussi Ă  crĂ©er de toutes pièces un plancher en revĂŞtement plastique facile Ă  nettoyer. Plus qu’Ă  installer la cloche ainsi amĂ©liorĂ©e avec l’aide de Julia !

Cloche_foin_03

Cloche_foin_04

En effet, si quelques-uns de nos protĂ©gĂ©s mangent encore du foin, ce n’est plus le cas de nos seniors. Pour leur distribuer la matière sèche indispensable Ă  tout cheval, en plus de leurs complĂ©ments alimentaires, Sauv’Equi se fournit donc en palatin, des fibres coupĂ©es courtes dĂ©pourvues de poussière et d’impuretĂ©s, facilement assimilables par les Ă©quidĂ©s ayant des problèmes de dents. Une dĂ©pense importante chaque mois mais nĂ©cessaire pour la santĂ© d’Aquilas and co !

Pour nous aider Ă  continuer, n’hĂ©sitez pas Ă  faire un don (dĂ©ductible des impĂ´ts) Ă  Sauv’Equi !

Axia, entre des mains bienveillantes

«Voilà ! C’est ça, choupette ! » Emilie Mathieu félicite Axia de Sausset. Face à une vertèbre résistante, l’ostéopathe utilise « une technique plus douce pour arriver à un relâchement ». Ça fonctionne ! L’affaire n’est pourtant pas si simple avec une jument toujours dans la maîtrise et n’accordant pas facilement sa confiance. Une indépendante qui fait rarement parler d’elle et préfère se gérer toute seule, même à 29 printemps ! Au milieu de l’écurie, vide de tout occupant, le courant passe bien entre la praticienne et la protégée de Sauv’Equi ; tant mieux !

Osteopathe_Axia_01

Avant de commencer la séance, Emilie Mathieu s’est présentée à Axia, a questionné Carine et Julia sur l’état de santé de notre belle Islandaise, sur ses habitudes de vie avant de l’écouter, les mains posées sur différents endroits de son corps. C’est à l’ancienne poulinière de lui faire part, si elle veut bien, de ses blocages. « Je ne travaille que dans la limite de ce que l’animal peut accepter », nous rassure d’emblée la thérapeute.

Osteopathe_Axia_02

Osteopathe_Axia_03

Douce dans l’approche et respectueuse du caractère de l’être qu’elle découvre, elle encourage la jument à se livrer un peu plus. Aïe, une contracture dans le fessier ! « L’arrière-main est problématique mais les épaules sont souples ! », analyse l’ostéopathe qui intervient aussi sur des chiens, des chats, des bovins. Parfois, Axia tremble ; à d’autres moments, elle ferme les yeux, comme apaisée.

Osteopathe_Axia_04

Emilie Mathieu continue de libérer les tensions qu’elle trouve ici ou là. « Ces chevaux, souvent, portent tous les malheurs du monde sur leur dos », commente-t-elle en apprenant que, dans son passé, Axia a travaillé dans un centre équestre pour personnes handicapées. On imagine que notre mamie adorée a rendu d’innombrables services ; à son tour, aujourd’hui, d’être chouchoutée !

Osteopathe_Axia_05

Quatre petits reporters à Sauv’Equi !

Ils s’appellent Chloé, Hénia, Marie et Souren. Agés de 11 à 12 ans, ils font partie du Rap’porteur, le journal de la ludothèque Beausoleil de Sarreguemines. Leur objectif : enquêter sur le terrain et délivrer des infos avec leur propre tempo à d’autres jeunes ! Le 31 mai dernier, Sauv’Equi a eu droit à toute leur attention.

Petits_reporters_01

C’est Bettina, la présidente de Giroflée qui leur a soufflé l’idée. Avec l’aide de Julia, Valérie, Nadine, Micheline et d’autres dames de cœur, cette association est la fidèle marraine d’Hara d’Or, notre doyenne. Depuis plusieurs années, elle verse chaque mois 100 euros à Sauv’Equi pour participer à l’entretien de la jument de 29 ans. En hommage à la regrettée Giroflée, jolie ardennaise sauvée de l’abattoir et pour laquelle la structure éponyme s’était créée en 2002.

Petits_reporters_02

Anne-Claire, responsable du Rap’porteur, et Jean-François, le photographe, avaient au préalable fait travailler les petits reporters sur le sujet des chevaux abandonnés et maltraités tout en les sensibilisant à la prise de vues. Pas facile, en effet, de prendre des clichés d’animaux en mouvement dans leur parc, n’est-ce pas les enfants ? Reste qu’Axia, Aquilas et les autres se sont volontiers laissés caresser par les visiteurs du jour.

« Pour s’occuper de chevaux abandonnés,
il faut du temps et beaucoup d’amour »

Souren a d’abord été surpris par le dos très ensellé - c’est-à-dire creusé - d’Hara d’Or. « Elle me fait peine. Elle a dû beaucoup souffrir », analyse le gamin en approchant la pur-sang anglais sauvée par Sauv’Equi voilà une dizaine d’années alors qu’elle était dans un état de maigreur extrême et en danger de mort avec sa sœur Harachesne. « Aujourd’hui, elle a repris des kilos et va beaucoup mieux même si elle a toujours de l’arthrose qu’on essaie de soulager au mieux », le rassurent les administratrices de Sauv’Equi. Souren sourit mais reste néanmoins inquiet quant au comportement de certains propriétaires d’équidés : « Comment peut-on faire ça à un cheval ?! », s’interroge-t-il. Hénia se fait la porte-parole du groupe : « Nous, on est tous contre la maltraitance ! ». Chloé complète le propos : « Les animaux sont comme les personnes. Ils ont besoin de soins et d’affection ».

Petits_reporters_03

Une question les taraude toutefois : « Comment voit-on qu’un cheval souffre ? ». Julia, la trésorière de Sauv’Equi, a sans doute la réponse : « Dans son regard ». Apprenant qu’on est tous bénévoles et que Carine, notre présidente, gère tous les jours le refuge en plus de son travail, la joyeuse troupe ne met pas longtemps à conclure : « Pour s’occuper de chevaux abandonnés, il faut du temps et beaucoup d’amour ! » Donner de soi, oui !

Petits_reporters_04

Une équipe du quotidien régional Le Républicain Lorrain est venue couvrir l’événement ! L’article est à consulter ici.

Aidez Sauv’Equi en parrainant l’un de nos protégés comme le fait l’association Giroflée ! Notre structure a toujours besoin de marraines et parrains pour prendre soin d’eux au quotidien (sommes déductibles des impôts) : cliquez ici.