Sauv’Equi a les honneurs des mĂ©dias

Comme vous le savez sans doute chers fidèles lecteurs de ce site, Sauv’Equi a lancĂ© une cagnotte sur la plateforme solidaire Leetchi pour rĂ©clamer de l’aide au public afin de continuer son action auprès de chevaux autrefois abandonnĂ©s ou maltraitĂ©s.

Pour tenter de la faire connaĂ®tre du plus grand nombre, nous avons donc sollicitĂ© plusieurs mĂ©dias. Le RĂ©publicain Lorrain a Ă©tĂ© le premier Ă  y rĂ©pondre favorablement. Le quotidien rĂ©gional suit Sauv’Equi depuis ses dĂ©buts et on l’en remercie vivement. DĂ©couvrez les derniers articles dans notre rubrique "revue de presse", ici et ici.

La chaĂ®ne de tĂ©lĂ© rĂ©gionale viĂ Mirabelle s’est aussi intĂ©ressĂ©e Ă  notre cause. Merci Ă  Jean-François Ambroise pour la qualitĂ© de son reportage qui, en deux minutes, rĂ©sume bien notre mission reconnue d’intĂ©rĂŞt gĂ©nĂ©ral.

Si vous aussi souhaitez soutenir notre association non subventionnĂ©e, n’hĂ©sitez pas Ă  participer Ă  notre cagnotte Leetchi ou Ă  parrainer l’un de nos protĂ©gĂ©s en nous Ă©crivant Ă  info@sauv-equi.fr !

Pauline, bénévole à Sauv’Equi : « J’aime me dépenser pour le bien-être de nos chevaux »

Pauline, 28 ans, est une bénévole fidèle de notre association. Depuis bientôt quatre ans, elle vient donner un précieux coup de main au refuge dès qu’elle le peut. Elle nous explique pourquoi.

• Comment as-tu connu Sauv’Equi ?

Pauline, bénévole de l’association : « Par un article paru dans le Républicain Lorrain en 2015. J’ai voulu en savoir plus sur l’association en regardant sur internet. J’ai découvert le site avant de prendre contact avec Sauv’Equi via Facebook. »

• Raconte-nous ta première fois à l’association !

« C’était en août 2015. Julia (la trésorière de Sauv’Equi) m’a reçue et montré le refuge. Elle m’a expliqué son fonctionnement. Pour moi, c’était tout nouveau. »

• Qu’est-ce qui t’a plu au point de revenir et de prendre ton adhésion ?

« J’avais envie d’effectuer une activité en dehors du travail. Quelque chose à l’extérieur, même si je ne suis pas spécialement sportive. J’aime me dépenser mais j’ai besoin d’avoir un intérêt. Devenir bénévole à Sauv’Equi pouvait coller avec ce que je recherchais. »

benevole_fidele_01

• Décris-nous ce que tu fais au refuge !

« Je m’y rends principalement le dimanche. Avec Julia et Jordan, voire un autre bénévole, on panse d’abord les chevaux et on vérifie qu’ils vont bien. Avant le curage complet des box. Une fois que le fumier a été enlevé, le sol gratté et balayé, on paille et on remplit chaque filet de foin. Auparavant, on a nettoyé les abreuvoirs. Tout ça pendant la période hivernale. A la belle saison, je participe avec Carine (la présidente de Sauv’Equi) aux travaux de réparation, à l’entretien des clôtures et des parcs dont on fait le tour régulièrement. Les chevaux sont à côté de nous. Ils viennent nous voir. »

• Qu’est-ce que t’apporte cette activité ?

« De la détente. Je ne pense à rien. Je suis au contact de la nature et des animaux. C’est apaisant. Et, après une journée au grand air, je dors bien le soir ! » (Elle rit)

• Que dirais-tu aux volontaires qui hésitent à venir pour les convaincre ?

« Que Sauv’Equi est une parenthèse agréable dans la vie de tous les jours. Qu’au refuge, il faut être astucieux pour réussir avec les moyens du bord, faute d’aide financière. Du coup, on a toujours l’esprit en éveil. C’est gratifiant de se bouger pour faire avancer une belle cause. »

Si vous aussi souhaitez donner de votre temps régulièrement et sérieusement au sein de l’équipe Sauv’Equi, écrivez-nous à info@sauv-equi.fr ! Une adhésion de 45 € (comprenant l’assurance) vous sera demandée pour l’année. A bientôt peut-être !

benevole_fidele_23

La Fondation Brigitte Bardot nous aide à régler les factures vétérinaires d’Aquilas

Cette vénérable institution répond toujours présente quand notre modeste association de protection d’équidés sollicite son aide. On ne le fait pas chaque année mais réellement en cas de coup dur. Cette année, la fondation créée par Brigitte Bardot va permettre à Sauv’Equi de s’acquitter des dernières factures vétérinaires concernant notre regretté Aquilas, disparu le 22 décembre 2018.

Plusieurs professionnels consultés avant son décès

Notre praticien habituel s’est rendu plusieurs fois au chevet de notre papy Selle Français quand il ne parvenait pas à se relever malgré notre aide. Cela faisait pratiquement deux ans, en effet, que Carine, la présidente de Sauv’Equi, ou Julia, sa trésorière, ou encore Jordan, Pauline et la moindre personne de passage au refuge le hissaient sur ses quatre membres grâce à des sangles dès qu’il était couché au pré ou au box.

Quelques jours avant la mort d’Aquilas, on avait également dû faire appel à une clinique et son incroyable bouée pour le remettre debout après une journée et une nuit à le veiller. On avait vraiment crû le perdre ce week-end-là.

Merci Ă  elle pour ses encouragements

Les dons et les bénévoles se faisant rares ces derniers temps, notre association se désespérait de pouvoir payer leurs honoraires alors qu’il est déjà très difficile chaque mois de payer les commandes d’alimentation. Bref, ce courrier de la Fondation Brigitte Bardot va nous soulager d’un problème important. Qu’elle en soit sincèrement remerciée !

Cela fait du bien pour une petite structure comme la nôtre, qui ne reçoit aucune subvention des collectivités alors qu’elle existe depuis bientôt douze ans, de savoir qu’elle peut compter sur cette grande maison qui œuvre tant pour le respect des animaux.

BB_Aquilas