Un don pour un cheval en ballon, s’il vous plaît ?

don_cheval_larex_1

Un cheval en caoutchouc ? Rose et mĂŞme avec une bride (qui lui permettra quand mĂŞme de s’envoler) ! Ni une, ni deux, Gilles Boullons donne corps Ă  ce personnage “en latex biodĂ©gradable” devant des yeux Ă©merveillĂ©s. C’est la magie du sculpteur de ballons ! Dimanche dernier, l’artiste mosellan a dĂ©montrĂ© tout son talent quelques heures sur le stand que tenait Sauv’Equi Ă  la bourse aux vĂ©los organisĂ©e par l’association Prenons le guidon Ă  Montigny-lès-Metz. SollicitĂ© par Laetitia, ce dĂ©fenseur des animaux et de la planète n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  proposer ses crĂ©ations aux visiteurs contre une petite pièce pour aider notre refuge et ses protĂ©gĂ©s.

don_cheval_latex_2

Pauline et sa maman Marie-Dominique avaient, de leur cĂ´tĂ©, prĂ©parĂ© de nombreuses pâtisseries et mĂŞme quelques gâteaux vegan tandis que Laetitia et moi-mĂŞme invitions le public, venu acheter un vĂ©lo d’occasion, Ă  tester ses connaissances Ă  propos du cheval ou, pour les bambins, Ă  jouer Ă  la pĂŞche aux bonbons. Cette journĂ©e d’animation n’a, hĂ©las, pas rapportĂ© beaucoup, juste de quoi acheter des aliments spĂ©cial "seniors" pour nourrir nos doyens durant deux, trois jours mais, ça ne fait rien, on continue !

don_cheval_latex_3

don_cheval_latex_40

Elle a nĂ©anmoins permis de faire un peu plus connaĂ®tre notre association et surtout d’Ă©clairer l’esprit d’un jeune homme qui ignorait que des chevaux, - comme les chats, les chiens, les furets, protĂ©gĂ©s par les autres structures prĂ©sentes – pouvaient aussi ĂŞtre maltraitĂ©s et abandonnĂ©s. Car c’est aussi cela, le rĂ´le de Sauv’Equi : Ă©duquer petits et grands au respect de l’animal. Modestement mais sĂ»rement.

Entre deux pâtisseries Ă  proposer aux visiteurs, Pauline a manipulĂ© du caoutchouc en suivant les conseils de l’artiste.
Une élève plutôt douée !

Sauv’Equi à la Fête des Animaux

Le moindre euro compte. Les quelques pièces glissĂ©es dans la tirelire et la participation Ă  diffĂ©rents jeux proposĂ©s par Sauv’Equi lors de la FĂŞte des Animaux Ă  Hayange encouragent notre association Ă  poursuivre son but : prendre soin de chevaux sauvĂ©s de l’abandon et de la maltraitance et promouvoir le respect du cheval et de tout ĂŞtre vivant auprès d’un large public.

Fete_animaux_Hayange

C’est Laetitia qui a eu l’idĂ©e de nous inscrire Ă  cet Ă©vĂ©nement organisĂ© par l’association Alma Ras qui, de son cĂ´tĂ©, rĂ©habilite avec abnĂ©gation et courage des molosses violentĂ©s. Julia s’est chargĂ©e de la partie "animation". Au programme, un quiz avec des questions sur le bien-ĂŞtre des Ă©quidĂ©s mais aussi sur l’histoire de Sauv’Equi, de façon Ă  mieux nous faire connaĂ®tre. A chaque fois, le joueur a remportĂ© un paquet de bonbons, vĂ©gĂ©tariens bien sĂ»r !

La pĂŞche aux jouets a aussi attirĂ© les enfants, ravis de repartir avec un souvenir. Les personnes qui le souhaitaient pouvaient aussi acquĂ©rir divers objets sur le thème qui nous concerne. Le peu d’argent rĂ©coltĂ© va nous permettre de continuer Ă  nourrir nos protĂ©gĂ©s, notamment nos doyens âgĂ©s de 30 ans passĂ©s. Merci Ă  tous celles et ceux qui ont pris le temps de s’arrĂŞter sur notre stand.

A lire l’article du RĂ©publicain Lorrain sur cette manifestation.

On ne donne pas de pain aux chevaux !

C’est une croyance, malheureusement, rĂ©pandue : le pain serait une friandise apprĂ©ciĂ©e des chevaux mais aussi des poneys et des ânes. Sauf quand leur tendant un quignon de baguette ou un autre morceau de miche pourtant bien dur, l’individu se fait avant tout plaisir Ă  lui-mĂŞme… MĂŞme si l’animal, gourmand, mange l’offrande, celle-ci s’avère, en effet, très dangereuse pour sa santĂ© !

Pas_de_pain

Pas_de_pain_SA

Le pain risque de former un bouchon Ĺ“sophagien dans l’appareil digestif du cheval, voire de  provoquer des coliques. Contrairement Ă  l’homme, cette maladie s’avère douloureuse et difficile Ă  soigner chez les Ă©quidĂ©s. Intubation, lavement, injections par le vĂ©tĂ©rinaire appelĂ© en urgence… : il n’y a vraiment rien de rĂ©jouissant pour le malade ! Certains cas nĂ©cessitent carrĂ©ment une intervention chirurgicale si la bĂŞte est transportable et survit Ă  un voyage, souvent de plusieurs centaines de kilomètres, pour atteindre la clinique spĂ©cialisĂ©e. Sans oublier le stress occasionnĂ©, la peur de perdre son compagnon… et la facture souvent onĂ©reuse.

Tout ça pour un bout de pain rassis qui aurait mérité d’être transformé en chapelure pour gratin ou en sympathique dessert (mélangé à du lait et des œufs) pour humains !